John McCain à propos du premier pas sur la Lune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Quelques semaines après la disparition de Neil Armstrong, le sénateur John McCain, décédé hier, avait écrit dans le Washington Post comment le premier pas sur la Lune l'avait inspiré alors qu'il était prisonnier au Vietnam :

Neil Armstrong's passing reminded me of the moment I learned of his historic accomplishment. I didn’t gather with my family around the television to watch him take his “small step” onto the surface of the moon. When the momentous event occurred, I had no idea it was happening. I and several hundred comrades were otherwise engaged — prisoners of war in the enemy’s capital, where in 1969, news could travel slowly.

... Once in a while, the Vietnamese unwittingly let a little good news slip by. One evening, Hannah played a clip of a speech by a prominent American opponent of the war. It was a quick, throwaway line in a long list of diatribes about the war and the president. But we all caught it. The quote was something like: “President Nixon can put a man on the moon, but he can’t end the war in Vietnam.” 

Yes, that was news to us, arriving years after the successful Apollo 11 mission. 

We had all heard President John F. Kennedy commit our country to putting a man on the moon within a decade. Most of us prisoners were pilots, and we admired and envied the pilots who became Mercury, Gemini and Apollo astronauts. Most of all, we wanted our pride in our country, our love for the place where free people reached for the stars, reaffirmed in the place where it had been tested and mocked. 

In that one screw-up, that brief mention of glorious news, our morale soared. We felt almost physically strengthened as we communicated with each other in whispers and tap code: “Did you hear that? Did you? We put a man on the moon. My God, we did it.”

Many years later, I had the honor of meeting the man who planted that flag. I told him how we had learned what he had done and how much it had meant to us. Armstrong was a brave man who made his countrymen proud, but he was also a modest man with a quiet demeanor, and he seemed moved by the recollection. 

http://www.washingtonpost.com/opinions/john-mccain-how-neil-armstrong-inspired-a-pow/2012/09/13/5bd707e2-fdc0-11e1-b153-218509a954e1_story.html
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 20303
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 47 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


Le décès de Neil Armstrong m'a rappelé le moment où j'ai appris son accomplissement historique. Je ne me suis pas réuni avec ma famille autour de la télévision pour le voir faire son "petit pas" à la surface de la lune. Lorsque l'événement majeur s'est produit, je n'avais aucune idée que cela se passait. Avec plusieurs centaines de camarades, j'étais engagé, prisonniers de guerre dans la capitale de l'ennemi, où en 1969, les nouvelles pouvaient se déplacer lentement.

... De temps en temps, les Vietnamiens ont involontairement laissé passer une petite bonne nouvelle. Un soir, Hannah a joué un extrait d'un discours d'un éminent opposant américain à la guerre. C'était une ligne rapide et jetable dans une longue liste de diatribes sur la guerre et le président. Mais nous l'avons tous pris. La citation était quelque chose comme: "Le président Nixon peut mettre un homme sur la lune, mais il ne peut pas mettre fin à la guerre au Vietnam."

Oui, c'était une nouvelle pour nous, arrivant des années après le succès de la mission Apollo 11.

Nous avons tous entendu le président John F. Kennedy engager notre pays à mettre un homme sur la lune d'ici une décennie. La plupart d'entre nous, les prisonniers étaient des pilotes, et nous avons admiré et envié les pilotes qui sont devenus des astronautes de Mercury, Gemini et Apollo. Surtout, nous voulions notre fierté dans notre pays, notre amour pour l'endroit où les personnes libres ont atteint les étoiles, réaffirmé à l'endroit où il avait été testé et raillé.

Dans cette erreur, cette brève mention de nouvelles glorieuses, notre moral a grimpé. Nous nous sommes sentis presque physiquement renforcés lorsque nous communiquions entre nous en chuchotant et en tapant sur le code: «Avez-vous entendu cela? As tu? Nous mettons un homme sur la lune. Mon Dieu, nous l'avons fait. "

Plusieurs années plus tard, j'ai eu l'honneur de rencontrer l'homme qui a planté ce drapeau. Je lui ai dit comment nous avions appris ce qu'il avait fait et combien cela avait signifié pour nous. Armstrong était un homme courageux qui rendait ses compatriotes fiers, mais il était aussi un homme modeste avec une attitude tranquille et il semblait ému par le souvenir.
avatar
Spaceman

Messages : 2257
Inscrit le : 08/09/2008
Age : 54 Localisation : Genève

Revenir en haut Aller en bas


Merci pour la traduction, Spaceman Super

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 22638
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


Google Translate est notre ami! :amour:
avatar
Spaceman

Messages : 2257
Inscrit le : 08/09/2008
Age : 54 Localisation : Genève

Revenir en haut Aller en bas


merci pour la traduction

très émouvant, ce Mr parla avec son coeur
josé
josé
Donateur
Donateur

Messages : 751
Inscrit le : 04/01/2010
Age : 74 Masculin
Localisation : F_67590 SCHWEIGHOUSE

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum