PortailForumCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexionAccueil
Planning des lancements

Derniers sujets
» Falcon-9 (Iridium NEXT 51-55 + 2x Grace FO) - 22.05.2018
par PierredeSedna Aujourd'hui à 0:49

» Les nouvelles du lanceur Ariane 6
par PierredeSedna Aujourd'hui à 0:11

» [Mars] Rover Mars 2020 (Curiosity 2) - 17.07.2020
par Giwa Hier à 22:55

» CZ-4C (Queqiao) - 20.5.2018
par DeepThroat Hier à 22:32

» asteroides impacteurs et mecanique orbitale
par Anovel Hier à 22:25

» Présentation CosmoSchtroumpf31
par David L. Hier à 22:14

» Présentation Jmontaut
par David L. Hier à 22:14

» OmegA, le nouveau lanceur d'Orbital ATK
par David L. Hier à 22:13

» [Chine] One Space
par montmein69 Hier à 20:47

» Composition de la 1ère mission humaine sur Mars
par Martien31 Hier à 20:28

» Atterrisseur/rover sur Europe - 2024
par David L. Hier à 18:57

» Préparation de la mission martienne InSight
par montmein69 Hier à 13:08

» Nouvelles de la mission JUNO
par montmein69 Hier à 12:35

» Falcon 9 (Dragon 2 Demo-1) - Août 2018
par Thierz Hier à 11:35

» Nouvelles de TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite)
par montmein69 Hier à 10:42

» Avis sur un Telescope.
par peronik Hier à 10:36

» Combinaison SpaceX
par ReusableFan Hier à 9:20

» [Série TV] The Expanse (2015)
par Blink / Pamplemousse Hier à 8:52

» Antares 230 (Cygnus OA-9) - 21.05.2018
par David L. Lun 21 Mai 2018 - 22:01

» Suivi de la mission d'exploration de Gaïa
par Anovel Lun 21 Mai 2018 - 21:47

» Programme lunaire soviétique
par RD107 Lun 21 Mai 2018 - 21:11

» Le Royaume-Uni envisage un système concurrent de Galileo
par Mustard Lun 21 Mai 2018 - 20:36

» Observation de la Terre depuis l'espace
par David L. Lun 21 Mai 2018 - 19:53

» [Livres en russe] Удивительная Земля, de Serguei Ryazanskyi
par David L. Lun 21 Mai 2018 - 18:55

» Bulletin scientifique de l'Ambassade de France aux USA
par Astro-notes Lun 21 Mai 2018 - 18:45

» Soyouz-FG (Soyouz MS-09) - 6.6.2018
par vp Lun 21 Mai 2018 - 16:39

» [Forum] Bug de double saisie sur FCS avec Android
par Fabien0300 Lun 21 Mai 2018 - 16:01

» Nouvelles du vaisseau russe "Federatsia" (ex PTK NP)
par GNU Hope Lun 21 Mai 2018 - 9:23

» Un Soyouz inhabité en 2019
par montmein69 Dim 20 Mai 2018 - 20:01

» Plan en éclaté de la fusée Soyouz
par DesnoS Dim 20 Mai 2018 - 16:57

Lancement du ravitailleur Cygnus OA-9E

Le 21 mai 2018 à 8h39 UTC, depuis le pas de tir 0A de Wallops Island en Virginie (USA), le lanceur Antares 230 d'Orbital ATK doit lancer son ravitailleur automatique Cygnus OA-9E à destination de la Station Spatiale Internationale (ISS), 6 mois après la précédente mission. La fenêtre de tir est de 5 minutes.

Baptisé "J.R. Thompson", pour honorer l'ancien directeur du centre de vol spatial Marshall, cette mission O9E porte la désignation E pour signifier qu'elle fait partie des 2 vols d'extension du contrat CRS (Commercial Resupply Service) qui lui ont été attribués par la NASA en attendant CRS-2 qui assurera des missions de ravitaillement de la station spatiale internationale de 2019 à 2024 par SpaceX, Orbital ATK et Sierra Nevada Corp.

D'une masse de 6173 Kg, le vaisseau Cygnus de type Enhanced (version rallongée) va apporter 3350 Kg de matériels et nourriture aux six membres de l'expédition 55 et 56 d'ISS. Une fois sur orbite, le cargo ravitailleur mettra quatre jours pour s'approcher à 12 m de la station spatiale, le 24 mai, avant d'être capturé par le bras SSRMS télécommandé par les astronautes à bord d'ISS, puis amarré sur le port nadir du module américain Unity.

Le vaisseau Cygnus restera amarré environ 3 mois à la station spatiale. Début août, une fois rempli de tous les déchets qui encombrent la station, il se séparera pour entamer une ultime mission de 2 semaines où il larguera 13 Cubesat (CubeRRT, HaloSat, Radix, RainCube, SORTIE, TEMPEST-D, AeroCube 12A, AeroCube 12B, CaNOP, RadSat-g, EQUiSat, MemSat, EnduroSat One) en orbite basse qui effectueront toute une variété de missions scientifiques. Il sera ensuite désorbité pour se désintégrer dans les couches denses de l'atmosphère terrestre.

21.05.2018 : Succès du lancement de Cygnus OA-9E. Le rendez-vous et la capture avec ISS sont prévus le 24 mai entre 9h20 et 11h20 UTC.

Retrouvez le sujet de discussion ICI
Voir la vidéo du lancement ICI


Inauguration du Block V de la Falcon 9

Le 8 mai 2018, depuis le pas de tir LC39A du Kennedy Space Center en Floride, une Falcon 9 doit décoller à 20h06 UTC. Le lanceur enverra le satellite Bangabanhu 1 sur orbite de transfert géostationnaire (GTO) et le 1er étage reviendra se poser sur la barge OCISLY.

Si ce vol commercial peut paraître habituel, il est en réalité très important pour SpaceX. En effet pour la première fois la société d'Elon Musk va tester son 1er étage en version Block V. Cette toute dernière version apporte plus d'une centaine d'améliorations et doit permettre une réutilisation jusqu'à 12 vols avec une maintenance simple, voire plus avec une remise en état plus importante, bien plus donc que les 2 vols pour un block III ou IV.
Jusqu’ici, l’avantage économique de la réutilisation semble avoir été très limité aux dires des opérateurs qui y ont eu recours, le principal bénéfice ayant été la capacité de soutenir une cadence de tir élevée (18 en 2017).

Parmi les principales améliorations notons une remise en état plus rapide et plus économique. Le lanceur devient également Man-rated (capacité de vol habité) bien qu'il lui faudra accomplir 7 vols consécutifs réussis pour la validation.
Du côté des moteurs, les Merlin 1D qui voient leur puissance augmenter de 10% sont désormais normalisés alors qu’auparavant le moteur central, ré-allumable, était différent. Les turbopompes ont été renforcées pour éviter les problèmes de microfissures au niveau des turbines que SpaceX a toujours considérées comme acceptables mais que la NASA a voulu éliminer en vue des vols habités.
L'octaweb (structure qui supporte les moteurs) sera boulonné au lieu d'être soudé, afin de réduire les temps d'inspection, de réparation, de remise à neuf et de permettre un changement facile du servofrein lors du passage d'une F9 à une FH.
La jupe supérieure de l’étage, en fibre de carbone, sera laissée noire. Les jambes du train d’atterrissage, désormais rétractables par les équipes au sol, pourraient subir le même sort, tout comme la gouttière qui court le long des réservoirs et protège les câblages. Ces parties sensibles très exposées seront protégées par un revêtement en Pyron, un matériau capable de résister à des températures allant jusqu’à 1 200° C.
Pour le retour, la forme des grilles de stabilisation, désormais en titane et non plus en aluminium, a aussi été optimisée et permettra une réutilisation illimitée. Le profil de vol lors de la descente a également été amélioré ce qui devrait permettre des atterrissages avec moins de carburant et donc augmenter légèrement la masse de la charge utile.
Les améliorations ne se limitent cependant pas qu'au premier étage. Responsable des deux échecs de la Falcon 9, les réservoirs d’hélium COPV sous très haute pression ont été entièrement reconçus. Au sommet, la coiffe va être très légèrement plus grande et des changements vont permettre sa récupération et sa réutilisation. Elle est également plus facile à fabriquer et plus légère que les coiffes précédentes.

Ce Block V est donc un condensé de correctifs basés sur l'expérience acquise lors des 53 lancements précédents. Parmi les 1er étages récupérés seuls quatre Block IV peuvent refaire un dernier vol, ce qui sera le cas d'ici cet été.

10.05.2018 : Lancement reporté au 11 mai avec une fenêtre de tir allant de 20h14 UTC à 22h21.

11.05.2018 : Succès du lancement et de la mise en orbite de Bangabandhu-1.


Insight part sonder l’intérieur de Mars

Le 5 mai 2018 entre 11h05 et 13h05 UTC, une fusée Atlas V 401 d'ULA doit lancer la sonde Mars Insight depuis le pas de tir SLC-3E de la base de Vandenberg. Ce sera le premier lancement en direction de la planète rouge depuis la base californienne, une première permise par la faible masse de la sonde. Un lancement depuis la côte Pacifique est moins favorable que depuis la côte Atlantique, mais Vandenberg bénéficie d'un planning moins chargé que Cap Canaveral.

Construite par Lockheed Martin, d'une masse de 694 kg au lancement et de 358 kg à l'atterrissage, Mars Insight, qui reprend la plateforme du précédent atterrisseur martien Phoenix, est une mission du programme Discovery de la NASA, sélectionnée en 2012, à laquelle participent le CNES et le DLR. Le but de la mission Mars Insight est de comprendre comment se forme et évolue une planète tellurique en étudiant sa structure interne et sa composition, ainsi que de déterminer le niveau de l'activité tectonique martienne et les impacts météoritiques que la planète rouge subit.

Pour atteindre ces objectifs, elle emporte le sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure) du CNES, l'instrument HP3 (Heat Flow and Physical Properties Package) pour mesurer le flux de chaleur émis par Mars en s'enfonçant à une profondeur de 5 m, des antennes de l'instrument RISE (Rotation and Interior Structure Experiment) pour étudier les oscillations de l'axe de rotation de la planète rouge par effet Doppler. Elle dispose également de l'ensemble APSS (Auxiliary Payload Sensor Suite) pour mesurer les données environnementales permettant l'interprétation des données du sismomètre (pression atmosphérique, température, vent et champ magnétique).

Mars Insight devait initialement être lancée au cours de la précédente fenêtre martienne, mais le CNES a rencontré un problème d'étanchéité avec son sismomètre, ce qui s'est traduit par un retard de deux ans et un coût supplémentaire de 150 M$. L'atterrissage est prévu le 26 novembre 2018 dans Elysium Planitia. La mission à la surface de Mars doit durer deux ans. Insight sera alimentée en énergie par deux panneaux solaires.

Le lanceur Atlas V 401 emporte également les deux premiers cubesats interplanétaires MarCO. D'une masse de 13,5 kg chacun, ils serviront de relais de communication entre la Terre et Insight pendant sa descente. Ils continueront ensuite leur chemin sur une orbite héliocentrique.

Insight est la seule sonde lancée vers Mars au cours de la fenêtre actuelle. La prochaine, en 2020, devrait voir partir deux rovers, un de la NASA et l'autre de l'ESA.

05/05/2018: Succès du lancement de la sonde Insight qui arrivera sur Mars le 26 novembre prochain.


Sortie de la bande dessinée "1969, l’odyssée fantôme"

Wettnic (Nicolas Wetterwald), récent membre du Forum de la Conquête Spatiale a de multiples passions. Fan de voltige aérienne qu'il a longtemps pratiqué, il est aussi artiste depuis sa plus tendre enfance où il se consacre au maquettisme et à la peinture de l'espace. Aujourd'hui jeune chirurgien retraité, il a décidé de franchir le pas et de publier sa propre bande dessinée commencée il y a 20 ans déjà, "1969, L'odyssée fantôme" qui relate une réalité alternative de la course à la Lune.

L’histoire débute sur la Lune en juillet 1969 avec Sergueï, cosmonaute soviétique, qui se retrouve en grande difficulté et se remémore les évènements qui l’ont conduit à cette situation désespérée.

Tout s’est déroulé dans le secret le plus absolu, les responsables politiques ayant décidé d’envoyer un Soviétique sur la Lune avant les Américains, au mépris des mesures de sécurité.
Après une première partie du vol sans problèmes la situation s’est détériorée avec l’atterrissage de Sergueï sur la Lune. Une panne électrique totale l’a obligé à effectuer une sortie extra-véhiculaire périlleuse pour récupérer des pièces sur la sonde américaine Surveyor 5 lancée 2 ans plus tôt afin d'étudier les caractéristiques du sol lunaire et de préparer l'atterrissage des missions du programme Apollo. La réparation effectuée et les batteries rechargées, Sergueï peut reprendre contact avec le centre de contrôle qui lui apprend avoir perdu tout contact avec sa co-équipière Svetlana restée dans le module orbital. Sans elle, il ne reste plus qu’une alternative à Sergueï pour retourner sur Terre, celle d’être secouru par les Américains qui se sont posés sur la Lune quelques heures après lui…

Cet album possède un graphisme remarquable et un sens des détails poussés à l’extrême digne d'un passionné de l'espace. Il ravira tous les fans de la conquête spatiale et plus particulièrement de la course à la Lune que se sont disputés avec acharnement Russes et Américains tout au long des années 60.

Sorti en avril 2018, la BD "1969, L'odyssée fantôme", 59 pages, est disponible en versions e-book (Kindle) et papier.


Orbital ATK présente son nouveau lanceur

A l'occasion du 34e Space Symposium, la société américaine privée Orbital ATK (lanceur Antares, ravitailleur Cygnus) a présenté le 16 avril 2018 son futur lanceur OmegA qui entre dans les catégories des lanceurs intermédiaire et lourd.
Développé initialement dans le cadre du programme EELV destiné et financé en partie par l'USAF ce lanceur pourra également être utilisé pour des vols commerciaux et scientifiques.
Ce nom a été choisi pour désigner l'amas globulaire Omega Centuri qui est le plus gros et le plus visible de la voie Lactée. Le O et le A en majuscule en début et fin du nom représentant ceux de Orbital Atk.

OmegA se caractérise par deux versions, l'une intermédiaire (dite également OmegA 500) et l'autre lourde (OmegA 500XL), une version légère étant possible à l'avenir. La capacité de charge utile sera de 8.5 à 10.1 tonnes en GTO pour la version intermédiaire et 7 à 7.8 tonnes directement en GEO pour la version lourde.
Le lanceur se compose de 3 étages. Le premier sera à propulsion solide (Castor 300 pour la version légère, Castor 600 pour l'intermédiaire ou Castor 1200 pour la version lourde) et sera une réutilisation des segments à poudre utilisés lors des lancements de la navette spatiale. Le second étage sera également un propulseur à poudre, le Castor 300. Le 3ème étage sera cryogénique (Hydrogène/Oxygène liquide) avec deux RL10C-5-1 d'Aerojet Rocketdyne dérivés du moteur de l'étage Centaur de l'Atlas V et du DCSS du Delta 4.
Jusqu'à 6 boosters GEM63XL, issus de la Delta 4 pourront être accouplés au premier étage selon les besoins.
Orbital ATK insiste bien sur le fait que la réutilisation de technologie éprouvée en fera un lanceur fiable et économique qui entrera en concurrence avec la Falcon 9 (SpaceX) et les futures Vulcan (ULA) et Ariane 6 (ArianeGroup). L'objectif étant une cadence de 14 lancements par an mais 5 à 6 seront nécessaire pour être rentable.

OmegA sera lancé depuis la base de Vandenberg en Californie ou depuis la Floride. Orbital aimerait réutiliser le pad39B (le 39A étant réservé à SpaceX) mais celui-ci étant également destiné au lanceur lourd SLS de la NASA, il est possible qu'un autre pas de tir de Cape Canaveral Air Force Base soit finalement utilisé.

Les premiers essais moteurs sont prévus pour fin 2019 et un premier tir depuis la Floride estimé pour 2021 pour la version intermédiaire et 2024 pour la version lourde.

Retrouvez le sujet de discussion ICI

TESS, un télescope à la recherche d’exoplanètes

Le 18 avril 2018 à 22h51 UTC, SpaceX a lancé avec succès le satellite d’astronomie photométrique TESS avec une Falcon 9 v1.2 Block 4 depuis le pas de tir SLC-40 de Cap Canaveral en Floride. Le premier étage (n° B1045) qui était neuf a été récupéré au large sur la barge OCISLY. Dès le prochain lancement, le Block 5 devrait faire ses débuts. Une partie des améliorations dont il bénéficiera doit permettre de réaliser jusqu'à 10 lancements au lieu de 2 actuellement.

TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) est un satellite du centre Goddard de la NASA. Le travail sur cette mission a débuté hors de la NASA en 2006, avec un financement privé. Elle fut ensuite proposée comme candidate pour une mission Small Explorer en 2008, puis pour une mission Explorer en 2010. Elle remporte cette seconde compétition en 2013.

D’une masse de 362 kg, TESS est construit par Orbital-ATK à partir de la plate-forme LEOStar-2. Sur une orbite variant entre 17 et 59 rayons terrestres, en résonance 2:1 avec la Lune, il étudiera l’éclat de plusieurs centaines de milliers d’étoiles pendant une mission primaire de deux ans, à la recherche de baisses de luminosité provoquées par des transits de planètes devant leur étoile, produisant des éclipses partielles. L’instrumentation de TESS est constituée de quatre caméras CCD à champ large fournies par le MIT. Chaque caméra possède 16,8 Mpixels et couvre un champ de 24° x 24°.

L’objectif principal de TESS est de détecter des planètes telluriques (jusqu’à des masses comparables à celle de la Terre) tournant autour d’étoiles brillantes dans le voisinage du Soleil, jusqu’à 650 années-lumière. Les télescopes terrestres ou spatiaux comme le JWST pourront ensuite les étudier de façon plus détaillée. Les étoiles qu’étudiera TESS seront 30 à 100 fois plus brillantes que celles qu’observe Kepler, mais TESS passera en revue l’ensemble du ciel, avec une surface couverte 400 fois plus grande que Kepler. Le ciel austral sera étudié la première année, puis le ciel boréal la seconde. La durée de la mission scientifique primaire est de 3 ans. Le budget est limité à 228,3 M$.

Revoir le lancement ICI

Liens

Les sites d'actualité :

Techno-Science, l'actualité technologique et scientifique
Flashespace.com, en direct du ciel et de l'espace
Futura-Sciences, au coeur de la science


Les sites créés par nos membres :

Kosmonavtika, le site francophone de la cosmonautique russe, par Nikolai
De la Terre à la Lune, le programme Apollo, un fantastique voyage ..., par Apolloman
Destination Orbite, par Yantar
Pioneer_astro, par Pioneer6014
Blog sur le suivi du développement de la capsule Orion, par Wakka
L'homme sur Mars, par Argyre
La liste des satellites lancés depuis 1957, par Astro-notes
Archéovidéos, par Nyos
Cosmopif
Bourane, Energia, et les navettes soviétiques, par Buran
Space Models, par Lunokhod2
Capcom Espace, l'encyclopédie de l'espace, par Capcom

Espace-Passion, par Tezio
ISS 360°, par Visite360Pro
Kosmosnews, l'actualité spatiale russe, par Patchfree


Quelques agences spatiales du monde :
L'ESA, l'agence spatiale européenne
La NASA, l'agence spatiale américaine
Roscosmos, l'agence spatiale russe
La JAXA, l'agence spatiale japonaise
Le Cnes, l'agence spatiale française
SpaceX
ISRO, l'agence spatiale indienne
CNSA, l'agence spatiale chinoise


Les « lives », l'espace en direct :
NASA TV, l'ISS et les lancements de la NASA en direct (UStream NASA-TV HD)
Vidéos et webcams en direct du Kennedy Space Center

Les lancements d'Arianespace en direct
Spaceflight Now, l'actualité du spatial en direct


Pour plus de liens, rendez vous dans la rubrique "l'astronautique sur le web" du forum.

Prochain évènement
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 12 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Gergovi, Surt

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 446 le Mar 6 Fév 2018 - 22:02
Petites annonces

Statistiques
Nous avons 3835 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est GeorgesV

Nos membres ont posté un total de 400643 messages dans 17811 sujets
Bien utiliser le forum



Dédicaces
Les dédicaces des personnages de la conquête spatiale pour le forum
 
Partenaires


Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit