[USA] Gravitics

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[USA] Gravitics Empty [USA] Gravitics

Message Jeu 17 Nov 2022 - 21:46


https://www.gravitics.com/

https://techcrunch.com/2022/11/17/gravitics-space-stations/


L'industrie spatiale est à l'aube d'une révolution. Le coût du lancement, qui a considérablement diminué au cours des cinq dernières années, continuera à baisser à mesure que des fusées lourdes comme le Starship de SpaceX et le Terran R de Relativity deviendront opérationnelles. Parallèlement à ces développements, de nombreuses entreprises privées ont lancé des projets de construction de stations spatiales commerciales pour la science, la fabrication et même le tourisme.

Si les stations spatiales constituent la prochaine phase du commerce en orbite, elles auront besoin de pièces standard, et Gravitics a pour objectif d'être celui qui les fabrique. La startup est dirigée par un vétéran de l'industrie spatiale, Colin Doughan, qui a étudié ces courants et a vu une lacune dans le marché. La carrière de M. Doughan s'étend sur près de 20 ans chez Lockheed Martin, où il a travaillé en tant que directeur financier principal chargé des grandes constellations de satellites pour des clients gouvernementaux. Il a également cofondé Altius Space Machines, qui a finalement été rachetée par Voyager Space en 2019.

Les opérateurs de stations privées "vont avoir besoin d'une brique LEGO facile à construire dans l'espace", a-t-il déclaré à TechCrunch dans une interview récente : du matériel polyvalent et modulaire pour permettre à l'humanité de construire dans l'espace à l'échelle.


Gravitics, qui est sortie de la clandestinité aujourd'hui après l'annonce d'une levée de fonds de 20 millions de dollars, appelle cette brique "StarMax". (Les modules StarMax sont énormes : le modèle figurant sur le site Web de la société a un diamètre de près de 8 mètres et un volume interne utilisable de 400 mètres cubes, soit près de la moitié de celui de la Station spatiale internationale. Gravitics veut positionner ces modules comme l'unité de base essentielle pour vivre et travailler dans l'espace.

L'initiative a attiré l'attention des investisseurs de manière importante, comme l'illustre le tour de table d'amorçage - une preuve supplémentaire que les jeux de la station spatiale et de l'habitat dans l'espace deviennent plus chauds. Le financement a été mené par Type One Ventures, avec la participation supplémentaire de Tim Draper de Draper Associates, FJ Labs, The Venture Collective, Helios Capital, Giant Step Capital basé à Chicago, Gaingels, Spectre, Manhattan West et Mana Ventures.

Du point de vue des investisseurs, Tarek Waked, partenaire fondateur de Type One et membre du conseil d'administration de Gravitics, a déclaré que sa société avait remarqué plusieurs tendances sous-jacentes qui soutiennent la vision de l'avenir de l'entreprise.

"Nous parions sur la baisse des coûts de lancement. Nous parions que Starship va révolutionner le secteur", a-t-il déclaré. Ce n'est pas seulement la capacité de chargement de Starship qui enthousiasme l'équipe de Gravitics. C'est la possibilité pour la fusée d'envoyer beaucoup plus d'humains dans l'espace - des personnes qui, à l'heure actuelle, n'ont nulle part où aller.

"Il n'y a pas d'infrastructure pour ces personnes, et même si nous construisions cette infrastructure aujourd'hui, il n'y a pas de moyen modulaire ou rentable d'amener une telle infrastructure en orbite", a déclaré Waked. "Et c'est là que je pense que Gravitics joue."

Le rôle spécifique que Gravitics joue n'est absolument pas celui d'opérateur de station spatiale. Orbital Reef de Blue Origin et Sierra Space, Voyager et Starlab de Lockheed, ainsi qu'un troisième projet dirigé par Northrop Grumman, ont déjà reçu un financement important de la NASA dans le cadre du programme CLD (Commercial low Earth orbit Destinations) de l'agence. Plutôt que de faire concurrence à ces entreprises, Gravitics veut être leur principal fournisseur.

M. Doughan a déclaré qu'il prévoyait une surabondance de la demande pour le produit dans la seconde moitié de la décennie, lorsque les opérateurs commenceront à construire leurs installations. Au-delà, Gravitics vise à satisfaire les besoins permanents de ces stations une fois qu'elles seront opérationnelles, ainsi qu'à répondre à la demande organique qui, selon l'entreprise, émergera à mesure que les coûts de lancement du fret et de l'équipage diminueront. StarMax disposera d'une alimentation et d'une propulsion à bord pour la livraison et l'amarrage (la société a d'ailleurs recruté l'ancien directeur principal de la propulsion de Virgin Orbit, Scott Macklin, comme directeur de l'ingénierie).

"Nous pensons que la demande de stations va augmenter", a déclaré M. Doughan. "Elles vont avoir besoin d'évolutivité au fil du temps".

De l'extérieur, il semble que l'accent mis par StarMax sur l'évolutivité de sa conception (le module dispose de ports d'amarrage à chaque extrémité) constitue également une protection contre les délais notoirement incertains de l'industrie spatiale. Mais cela a également du sens du point de vue du marché : Gravitics est prête à vendre le module StarMax à des entités qui voudraient l'utiliser en tant que free-flyer, ou à un opérateur qui souhaite disposer d'une certaine flexibilité pour proposer des séjours de courte durée ou des attachements à long terme aux stations ; mais les StarMax peuvent également être enchaînés en guirlande pour former des plateformes spatiales encore plus grandes, à mesure que de plus en plus de personnes passent du temps dans l'espace.

Même si l'on parle beaucoup de Starship, la société ne met pas tous ses œufs dans le même panier, celui de Musk. La série de modules StarMax en cours de développement est conçue pour être compatible avec d'autres lanceurs de nouvelle génération, comme le Vulcan de United Launch Alliance et le New Glenn de Blue Origin. Bien que Gravitics ne dise rien sur le coût d'un seul StarMax, M. Doughan a déclaré qu'il serait compétitif par rapport à un accord récent entre Axiom Space et Thales Alenia pour deux modules de station, un contrat évalué à 110 millions d'euros (108 millions de dollars), soit 54 millions de dollars chacun.

La société a récemment ouvert une installation de 42 000 pieds carrés au nord de Seattle, où elle a déjà commencé à construire des prototypes et à préparer les premiers tests de pression des modules au début de l'année prochaine. Gravitics est également en pourparlers avec des groupes de développement en Floride pour la construction d'une installation de production et d'intégration plus grande, juste à côté de leur base de clients au Kennedy Space Center. En plus de ces espaces physiques, l'entreprise utilisera également les fonds de ce tour de table pour continuer à développer son équipe. Elle a déjà attiré des talents notables, comme M. Macklin, déjà cité, et Bill Tandy, ancien architecte de mission et ingénieur en chef d'Orbital Reef.

Les tests de pression prévus pour le premier trimestre de l'année prochaine constituent la première étape des essais du StarMax en orbite, mais M. Doughan a refusé de donner des détails sur ce calendrier. Mais on peut dire sans risque de se tromper que l'entreprise avance rapidement - comme toutes les entreprises qui espèrent exploiter la prochaine génération de stations spatiales - face au déclassement imminent de l'ISS à la fin de la décennie. Les responsables de la NASA ont clairement indiqué qu'ils ne voulaient pas d'un vide dans les stations spatiales et ils sont prêts à contribuer au financement de projets visant à assurer une forte présence américaine en orbite. Pour suivre ce rythme, Gravitics prend des précommandes dès maintenant pour une livraison en 2026.

Le nom de l'entreprise doit maintenant vous avoir frappé. Gravitic - selon certains dictionnaires en ligne, il s'agit d'un mot archaïque signifiant "de ou relatif à la gravité", qui a été remplacé en grande partie par le mot "gravitationnel". Doughan et Waked sont catégoriques : l'entreprise se concentre sur la satisfaction des besoins des clients d'aujourd'hui avec les modules StarMax zéro G. Mais Doughan admet que l'entreprise n'a pas l'intention de s'arrêter là. Mais M. Doughan admet que la véritable "étoile polaire" de l'entreprise, comme il le dit, ce sont les solutions gravitationnelles, avec un "g" minuscule : des stations spatiales qui recréent la gravité de la Terre pour permettre une présence humaine à long terme en orbite.

"Si nous voulons vraiment faire de l'espace notre patrimoine et étendre l'épanouissement de l'homme dans le système solaire, les solutions gravitationnelles sont vraiment le seul moyen d'y parvenir. Bien que ce ne soit pas le cas aujourd'hui, cela continue d'être l'étoile polaire de l'entreprise."
J-B
J-B

Messages : 1571
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 32 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Dim 20 Nov 2022 - 14:41


400 m3, des protections contre les débris, les radiations, des panneaux solaires tout autour et même s'il le faut, la possibilité d'une gravité artificielle  (la masse?).

Prometteur !
Raoul
Raoul

Messages : 3265
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 67 Masculin
Localisation : Gembloux, Belgique

http://membres.multimania.fr/astroraoul/

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Dim 19 Mar 2023 - 23:11


https://twitter.com/GraviticsInc/status/1636732304633524224

Notre prototype de coque StarMax a passé avec succès les tests de pression. La pression interne a été portée à des niveaux nettement supérieurs à ceux que l'on rencontre normalement dans l'espace. L'enceinte sous pression s'est comportée comme prévu et a conservé son intégrité tout au long des essais.
J-B
J-B

Messages : 1571
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 32 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Jeu 25 Avr 2024 - 22:48








La société Gravitics, qui développe des modules pour la station spatiale, a obtenu un contrat de 1,7 million de dollars de l'armée de l'espace américaine pour développer des plates-formes orbitales permettant des missions spatiales réactives.

Ce contrat s'inscrit dans le cadre d'une initiative plus large de l'armée visant à acquérir des capacités spatiales - telles que le lancement, l'intégration de la charge utile du satellite et même l'exploitation du satellite - auprès de l'industrie privée dans des délais jusqu'ici inconnus. Cette initiative, appelée TacRS (Tactically Responsive Space), a déjà donné lieu à des missions record : La fusée Alpha de Firefly Aerospace a quitté l'aire de lancement 27 heures seulement après avoir reçu l'avis de lancement de l'armée de l'espace dans le cadre de son contrat TacRS de l'année dernière.

Bien que Gravitics n'ait pas été en mesure de fournir plus de détails sur le concept exact des opérations, Mike DeRosa, cofondateur et directeur général de la société, a précisé dans un courriel que l'entreprise ne mettait pas un module sur une fusée en vue d'un lancement tactiquement réactif. La mission consiste plutôt à développer des « plates-formes permettant un nouveau type de mission spatiale tactiquement réactive », a-t-il déclaré.

Le contrat de 1,7 million de dollars a été attribué par SpaceWERX en partenariat avec le bureau du programme Space Safari du Space Systems Command. Dans un communiqué, le directeur des opérations de Space Safari, le lieutenant-colonel Jason Altenhofen, a déclaré que le module de Gravitics « offre une solution non conventionnelle et susceptible de changer la donne pour TacRS ».

« Alors que nous nous tournons vers l'avenir, l'utilisation innovante de technologies commerciales sera un aspect important de la résolution de certains de nos défis les plus difficiles », a-t-il ajouté.

Gravitics travaillera avec plusieurs autres entreprises dans le cadre de ce contrat, notamment Rocket Lab, True Anomaly, Space Exploration Engineering et Eta Space. Bien qu'il n'y ait que peu de détails concrets sur la manière dont les entreprises travailleront ensemble, la société a déclaré que les partenaires « aideront à affiner l'architecture de la mission, à développer des équipements spécifiques aux cas d'utilisation et à mettre au point le matériel de vol ».

Rocket Lab et True Anomaly ont obtenu des contrats spatiaux distincts pour une mission appelée Victus Haze au début du mois. Dans le cadre de ce contrat, chaque société construira des engins spatiaux qui seront ensuite rapidement mis en service et préparés pour des opérations de rendez-vous en orbite.
J-B
J-B

Messages : 1571
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 32 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Mer 19 Juin 2024 - 8:49


https://twitter.com/GraviticsInc/status/1803090292867739670

NASA et Gravitics signent un accord SAA axé sur les solutions de vérification et de validation pour les grands engins spatiaux. Gravitics et la NASA ont signe un papier ensemble, mais ce n'est pas un contrat.
jassifun
jassifun

Messages : 4634
Inscrit le : 07/06/2007
Age : 36 Féminin
Localisation : Baden Baden

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Mer 19 Juin 2024 - 13:23


L'image est-elle une photo "réelle" d'engins dans un hangar de Gravitics ? Ou c'est une image de synthèse* annonçant le futur, personnel compris ?

* on sait que l'IA est mise à contribution ..... dans pas mal de situations FB_reflechi
montmein69
montmein69
Donateur
Donateur

Messages : 20921
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 73 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Mar 9 Juil 2024 - 17:16


Le constructeur de modules de station spatiale Gravitics a reçu une commande de 125 millions de dollars de la part d'Axiom pour un vaisseau spatial pressurisé destiné à être attaché à la future station Axiom. Il s'agit du premier contrat important pour cette startup basée à Washington.

J-B
J-B

Messages : 1571
Inscrit le : 17/11/2020
Age : 32 Masculin
Localisation : Besançon

Revenir en haut Aller en bas

[USA] Gravitics Empty Re: [USA] Gravitics

Message Mer 10 Juil 2024 - 12:40


Mêmes question que dans le Fil sur la station Axiom

ce "pressurized spacecraft" sera :

  • un module fixe arrimé à la station ?
  • un vaisseau spatial type cargo de fret ? une capsule habitée ? les deux ?
montmein69
montmein69
Donateur
Donateur

Messages : 20921
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 73 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum