Après ExoMars, MSL quel robot explorateur envoyer sur Mars ?

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Après ExoMars, MSL quel robot explorateur envoyer sur Mars ? - Page 2 Empty Outer limits

Message Mar 10 Mar 2009 - 9:33


When NASA's Spirit rover landed on the surface of Mars very early in the morning five years ago, the huge sigh of relief breathed by bleary-eyed technicians at Mission Control marked the start of another chapter in our use of robots to achieve the previously unachievable. And while industry tends to use robots for repetitive drudgery, the use of robotics to operate under extreme conditions presents a very different set of challenges. : Outer limits

Laurent

Messages : 141
Inscrit le : 20/07/2007

Revenir en haut Aller en bas


rapides capables de rouler plusieurs kilomètres par jour

Juste pour info, aujourd'hui l'objectif du rover embarqué sur ExoMars est de parcourir 100m par jour martien (~un jour terrien). Le rover s'arrête tous les deux mètres. On est loin de plusieurs km par jour.
Un premier facteur limitant (aujourd'hui...) est le temps de calcul des trajectoires au sol, plus exactement l'extraction d'une carte 3D à partir d'une paire d'images stéréo. Ensuite, la vitesse propre du rover est limitée par sa capacité à encaisser un choc contre un obstacle imprévu. Actuellement le design de la partie calculateur est plutôt HighRel ce qui limite les performances. Comme sur le sol martien on a un environnement pas trop dur côté radiations, on pourrait sans doute adopter des composants moins durcis, et donc plus performants, quitte à rebooter de temps à autre. Ce n'est pas l'option choisie. Il y a des sources de retard auxquelles on ne pense pas immédiatement comme le temps de tranquilisation du mât camera à chaque arrêt. Si on compare avec Spirit, il me semble que celui-ci envoyait au sol les images et que la planification des déplacements était faite au sol. Pour Exomars le rover est complètement autonome et n'a en particulier pas de lien direct avec le sol. Toutes les liaisons doivent se faire via un orbiter relai qui n'est pas en permanence en visibilité.

Bons Vols
DeepThroat
DeepThroat

Messages : 469
Inscrit le : 22/06/2007
Age : 59 Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@DeepThroat a écrit:Un premier facteur limitant (aujourd'hui...) est le temps de calcul des trajectoires au sol, plus exactement l'extraction d'une carte 3D à partir d'une paire d'images stéréo. Ensuite, la vitesse propre du rover est limitée par sa capacité à encaisser un choc contre un obstacle imprévu. Actuellement le design de la partie calculateur est plutôt HighRel ce qui limite les performances. Comme sur le sol martien on a un environnement pas trop dur côté radiations, on pourrait sans doute adopter des composants moins durcis, et donc plus performants, quitte à rebooter de temps à autre. Ce n'est pas l'option choisie. Il y a des sources de retard auxquelles on ne pense pas immédiatement comme le temps de tranquilisation du mât camera à chaque arrêt. Si on compare avec Spirit, il me semble que celui-ci envoyait au sol les images et que la planification des déplacements était faite au sol. Pour Exomars le rover est complètement autonome et n'a en particulier pas de lien direct avec le sol. Toutes les liaisons doivent se faire via un orbiter relai qui n'est pas en permanence en visibilité.
J'ajouterai l'énergie disponible pour se déplacer. Les rovers actuels sont limités à quelques heures par jour. Ce qui permet quand même de parcourir jusqu'à 150 m et plus en condition très idéale ( pas d'obstacles )

Enfin Spirit et Oppy, comme demain Curiosity et Exomars, ont et auront des capacités d'autonomie pour se rendre d'un point A à un point B.
Par contre ce sont les opérateurs au sol qui chaque jour déterminent l'objectif du point B et les points intermédiaires sur le parcours A-B. Ce qui permet de planifier des déplacements en "aveugle" : on donne l'ordre au rover de faire 50 mêtres sans vérification d'obstacle ni liberté de changer de trajectoire et ensuite intervient le mode calculé pour parcourir la fin du trajet. Quelqusoit les performances logicielles, en général cette dernière phase a peu de chance de bien se terminer comme prévue ( manque de temps, obstacle irrésolvable, détection de patinage etc... ).

Même les prochains rovers ne feront pas ce qu'ils veulent la haut : Tous les jours ils attendront sagement leurs nouvelles instructions.

VONFELD
Vonfeld
Vonfeld

Messages : 2599
Inscrit le : 07/03/2007
Age : 54 Masculin
Localisation : Achern ( Allemagne )

Revenir en haut Aller en bas


Après ExoMars, MSL quel robot explorateur envoyer sur Mars ? - Page 2 Spiritetrockypenducopie
tonycomics
tonycomics

Messages : 42
Inscrit le : 15/11/2009
Age : 49 Masculin
Localisation : Grasse

http://www.tonycomicsgroupe.com

Revenir en haut Aller en bas


Pauvre Rocky :megalol: :megalol: Super
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas


Hihihihi.... 8-) 8-) 8-) 8-)
tonycomics
tonycomics

Messages : 42
Inscrit le : 15/11/2009
Age : 49 Masculin
Localisation : Grasse

http://www.tonycomicsgroupe.com

Revenir en haut Aller en bas


sympha ton dessin tonycomics

en lisant ce FIL, une idée sans doute saugrenue m'a traversée l'esprit; pourquoi les futurs Rover n'emporteraient pas des foreuses du style de celles employées pour performer le permafroste ;)


a-ton des nouvelles fraîches de ces projets marsiens eu égard aux discussions du FIL :?:
avatar
tatiana13

Messages : 6125
Inscrit le : 25/06/2009
Age : 71 Féminin
Localisation : galaxie

Revenir en haut Aller en bas


voici quelques nouvelles fraîches d'EXO-Mars posté ce jour sur le site Flashespace:

la (DLR) prépare la mission ExoMars en étudiant en détail les effets que pourraient avoir l’atmosphère martienne sur un atterrisseur pendant la traversée. Cette phase est une des plus délicates de toutes les missions vers Mars nécessitant un atterrissage car avant de se poser, le véhicule qui transporte le rover ou le lander doit ralentir très fortement dans l’atmosphère et passer de près de plusieurs kilomètres par seconde à quelques mètres seconde.

Pour l’Europe qui n’a pas encore réussi à se poser sur Mars (personne ne sait de ce qu’il est advenu de Beagle-2) mais prépare la mission ExoMars, la tâche n’est pas insurmontable. Elle nécessite néanmoins des études exploratoires pour appréhender les effets que pourraient avoir l’atmosphère sur la capsule de rentrée et sur son comportement aérodynamique. Il s’agit également déterminer la taille du bouclier pour avoir la meilleure portance.

L’atmosphère martienne est complètement différente de celle de la Terre. Composée à 95% de dioxyde de carbone, 2,7% d'azote, 1,6% d'argon, des traces d'oxygène (0,13%) et de vapeur d'eau (0,03%), elle est très oxydante ce qui contraint les ingénieurs à fabriquer des boucliers en c-sic (carbone + carbure de silicium). Ces matériaux ont la particularité de ne pas s’oxyder à la différence des alliages en carbone / carbone qui bruleraient dans ces conditions. ....

La mission est maintenant prévue en 2 parties. En 2016, les 2 agences devraient un orbiter (NASA) et un lander (ESA) puis de lancer en 2018 un atterrisseur américain qui déposera le rover ExoMars (avec Pasteur mais sans le paquet géophysique Humboldt).


http://www.flashespace.com/html/nov09/20_11_09.htm
avatar
tatiana13

Messages : 6125
Inscrit le : 25/06/2009
Age : 71 Féminin
Localisation : galaxie

Revenir en haut Aller en bas


@tatiana13 a écrit:

L’atmosphère martienne est complètement différente de celle de la Terre. Composée à 95% de dioxyde de carbone, 2,7% d'azote, 1,6% d'argon, des traces d'oxygène (0,13%) et de vapeur d'eau (0,03%), elle est très oxydante ce qui contraint les ingénieurs à fabriquer des boucliers en c-sic (carbone + carbure de silicium). Ces matériaux ont la particularité de ne pas s’oxyder à la différence des alliages en carbone / carbone qui bruleraient dans ces conditions. ....
[/i]
http://www.flashespace.com/html/nov09/20_11_09.htm

C'est une curiosité du dioxyde de carbone - qui n'est pas un oxydant à température ambiante- d'être un oxydant vis à vis du carbone à haute température selon la réaction de Boudouard : C (s)+ CO2 (g) = 2 CO(g)
De plus le carbure de silicium ou carborundum est un excellent réfractaire ( température de fusion de 2700°C ) pratiquement inerte vis à vis de l'oxydation et de l'azote .
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11107
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum