110 personnes pour survivre sur Mars

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


@lambda0 a écrit:En fait, ce qui me trouble un peu est l'idée de se passer totalement d'électronique avancée et d'informatique, utilisée pour toute sortes de fonctions de contrôle et de régulation face à un environnement aussi hostile  que Mars, ainsi que pour les véhicules, ou pour l'énergie. Et même pour les panneaux solaires, par exemple, il y a de l'électronique, la moindre petite diode serait à fabriquer.
Rien que la phrase "on peut avoir un peu d'automatisation" a des implications importantes.
Quand je vois la complexité des procédés de fabrication des composants électroniques, surtout si on va jusqu'au microprocesseur, je doute un peu que les compétences requises puissent se trouver dans un groupe d'une centaine de personnes qui doivent par  ailleurs assurer d'autres taches.
Il n'y a pas de problème pour récolter des pommes de terre à la main, je veux bien aussi qu'un petit groupe puisse garder la métallurgie, mes doutes portent plutôt sur la disponibilité implicite de certaines technologies avancées.

Alors j'ai exactement les mêmes préoccupations que lambda0. 

Argyre, comment as-tu déterminé les technologies indispensables ? As-tu réalisé des décompositions de sous systèmes facilement réalisables de manière quasiment artisanale et avec quelles techniques ?

Dans notre projet MarsProof nous nous posons des questions relativement similaire afin de concevoir des outils et machines fonctionnant sur Mars qui ne coûte pas chère à produire et facilement faisable sans utiliser un atelier ultra spécialisé.

Le problème qui m'inquiète le plus, c'est comment fabriquer des matériaux de très haute qualité avec des équipements minimaux (ex : comment étanchéifié parfaitement un habitat dans le quasi-vide et à des temperature extrêmes, sur Terre on peut piocher dans des produits très spécialisés mais sur Mars...)

C'est compliqué d'imaginer des colons Martiens s'installer aussi facilement que des colons de l'époque de Christophe Colomb...

Florent D

Messages : 291
Inscrit le : 22/01/2018

Revenir en haut Aller en bas


Je profite que des spécialistes du sujet soient ici pour demander la raison qui les poussent à croire que tout devrait être fait, d'une part en autonomie et d'autre part par des hommes sur place ?
Que des humains aillent sur Mars, ça ne fait pour moi aucun doute, mais pourquoi vouloir leur confier tout le travail pour "aménager" leur base alors que les progrès en matière d'impression 3D, de robotique et d'IA se font chaque jour un peu plus sentir... :scratch: 

L'ESA a proposé (dans ses doux rêves) d'établir une base lunaire avec des robots téléguidés avant de permettre à nos cousins d'outre-Atlantique de taper l'incruste à bord. Je ne trouve pas l'idée mauvaise en soit (à part pour les cousins mais c'est un autre débat LOL) mais si le support de vie pour des humains "bâtisseurs" est trop coûteux, cela ne me semble pas si bête d'envisager l'envoi de robots sur Mars afin de préparer le terrain.

Après tout, les rovers ont démontré leurs talents sur des périodes plutôt longues, ils n'ont pas besoin d'eau et se contentent pour seul repas de quelques watts.

Si, au lieu de concevoir des robots pour faire de la recherche scientifique et parcourir des km, la NASA réutilisait ses technologies de robotiques pour développer des robots "constructeurs-agriculteurs" je ne vois pas ce qui les empêcheraient de forer des tranchées pour installer des câbles électriques, de creuser des galeries pour déployer des habitats gonflables avant de les pressuriser et d'y faire pousser quelques graines. Bien entendu de nombreuses tâches resteraient inaccessibles pour des robots et même si les progrès de Boston Dynamics et d'autres dans le domaine sont assez incroyables, la rigueur spatial aurait vite fait de mettre hors service les plus fragiles d'entre eux.

De plus les robots hors service ne seront jamais une pure perte intégrale, leurs composants pourraient servir à réparer d'autres robots.

D'ailleurs pour ceux qui font un parallèle avec Christophe Colomb je tiens à rappeler que les arbres trouvés sur place n'ont pas été abattu ou débité à la main, ils avaient ramené avec eux des outils forgés en Europe et l'importation d'outils depuis l'Europe fut continue durant toute la colonisation des Amériques.

L'Homme sur Mars ne sera certainement pas à 100% autonome avant plusieurs siècles et je vois pas vraiment pourquoi il faudrait absolument que ce soit le cas. Parce qu'autant produire de l'eau sur Mars me semble tout à fait imaginable mais alors de là à imaginer que des objets aussi complexes que des batteries lithium ou des processeurs pourraient l'être il y a une abysse que je n'oserai franchir. LOL
Saturmir
Saturmir

Messages : 524
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@Saturmir a écrit:...
D'ailleurs pour ceux qui font un parallèle avec Christophe Colomb je tiens à rappeler que les arbres trouvés sur place n'ont pas été abattu ou débité à la main, ils avaient ramené avec eux des outils forgés en Europe et l'importation d'outils depuis l'Europe fut continue durant toute la colonisation des Amériques.

L'Homme sur Mars ne sera certainement pas à 100% autonome avant plusieurs siècles et je vois pas vraiment pourquoi il faudrait absolument que ce soit le cas. Parce qu'autant produire de l'eau sur Mars me semble tout à fait imaginable mais alors de là à imaginer que des objets aussi complexes que des batteries lithium ou des processeurs pourraient l'être il y a une abysse que je n'oserai franchir. LOL

Si j'ai bien compris, l'intérêt de l'article est d'être un modèle épuré, très simplifié pour apprécier l'importance d'un petit nombre de paramètres (essentiellement le travail et son partage), sans trop se noyer dans les détails techniques et justifications philosophiques.
Mais il me semble que l'introduction répond à ta question : il s'agit d'évaluer la viabilité en cas de rupture des communications avec la Terre, ce qui peut se produire pour toute sortes de raisons.
C'est simplement le postulat de l'article.
Pour que le système soit pérenne, tout ce qui est utilisé, et éventuellement importé de la Terre au départ, doit pouvoir être refabriqué localement.
Si on n'est pas capable de refabriquer un outil indispensable, on est perdu lorsque cet outil est usé.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Dans son papier, Argyre indique que l'éclairage ne pourra pas reposer sur les lampes à LED (techno trop sophistiquée). Mais que reste-t-il ? Mêmes des lampes à incandescence fiables sont une techno très difficile à mettre en œuvre dans un cadre artisanal, celles d'Edison ont nécessité le passage par la case industrie de masse pour être fiables et ne pas consommer trop de main d'œuvre à la fabrication.

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
110 personnes pour survivre sur Mars - Page 2 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4839
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas



Il y a la bonne vieille bougie, ou brûler du gaz. Mais l'oxygène n'est pas gratuit.
Plus exotique : la bioluminescence, mais c'est un peu faiblard, tout comme la phosphorescence

Il faudrait peut-être bien s'habituer à se coucher avec le soleil, comme le fait d'ailleurs toujours une bonne partie de l'humanité qui n'a pas accès à des technologies avancées et même à l'électricité.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Je me dis que ça aurait peut-être été plus clair de séparer le coefficient de partage du coefficient de gain de productivité... Pour la lisibilité en tout cas ça aurait été un plus.
Thierz
Thierz
Admin
Admin

Messages : 6916
Inscrit le : 12/03/2008
Age : 44 Autre / Ne pas divulguer
Localisation : Grenoble-Chambéry

Revenir en haut Aller en bas


@Thierz a écrit:Je me dis que ça aurait peut-être été plus clair de séparer le coefficient de partage du coefficient de gain de productivité... Pour la lisibilité en tout cas ça aurait été un plus.
Ce modèle est une innovation théorique face aux genres de problèmes qu'Argyre veut résoudre. Je ne sais pas s'il s'est inspiré d'autres modèles de résolutions de problèmes, mais c'est le premier qui ne se laisse pas embarquer dans les arcanes des particularités de l'établissement d'une colonie sur un autre astre. Il est applicable autant pour la colonisation (sans support extérieur durable) d'une terre inexploitée comme le furent les Amériques, que l'Antarctique ou d'autres astres que Mars. Il est naturellement perfectible et affinable. On pourrait lui adjoindre un facteur d'aide extérieure (sous forme de technos ou d'outils trop difficiles à produire sur place). Certains des termes sont naturellement fortement dépendants des ressources naturelles disponibles : la Lune manque d'hydrogène et de carbone, contrairement à Mars, l'Antarctique manque de carbone et d'énergie solaire et Mars ne dispose ni d'hydrocarbures ni d'hydrates de carbone mais ces derniers sont synthétisables grâce à la présence des éléments C, H et O et d'énergie solaire. Le point névralgique pour Mars c'est la confection locale de panneaux solaires, d'accumulateurs, de dispositifs d'éclairage et électroniques à faibles niveaux technologiques. Il faudrait également connaitre la localisation de ressources comme le cuivre, le plomb, l'aluminium et certains minerais stratégiques.
J'ai trouvé intéressante l'indication d'Argyre qu'en "jouant" sur les paramètres, on monte au pire au millier de colons, pas au million.

Une plaisanterie m'est venue à l'esprit : il faudrait disposer d'imprimantes 3D capables d'"imprimer" toutes les pièces technologiques avancées nécessaires aux machines nécessaires à une colonie, y compris les pièces nécessaires à l'assemblage des dites imprimantes 3D... ;)

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
110 personnes pour survivre sur Mars - Page 2 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4839
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:En fait, ce qui me trouble un peu est l'idée de se passer totalement d'électronique avancée et d'informatique, utilisée pour toute sortes de fonctions de contrôle et de régulation face à un environnement aussi hostile  que Mars, ainsi que pour les véhicules, ou pour l'énergie. Et même pour les panneaux solaires, par exemple, il y a de l'électronique, la moindre petite diode serait à fabriquer.
Rien que la phrase "on peut avoir un peu d'automatisation" a des implications importantes.
Quand je vois la complexité des procédés de fabrication des composants électroniques, surtout si on va jusqu'au microprocesseur, je doute un peu que les compétences requises puissent se trouver dans un groupe d'une centaine de personnes qui doivent par  ailleurs assurer d'autres taches.
Il n'y a pas de problème pour récolter des pommes de terre à la main, je veux bien aussi qu'un petit groupe puisse garder la métallurgie, mes doutes portent plutôt sur la disponibilité implicite de certaines technologies avancées.
Ca ne remet pas en cause la méthode générale, il s'agit plutôt d'expliciter un peu mieux les hypothèses pour que l'application numérique ait un sens (mais ce serait certainement un travail énorme, un sujet à part entière à part de l'article).

C'est dit dans l'article, pas d'ordinateur, pas de robot. Cependant, si, il faut un peu d'électronique, mais à gros grain. L'électronique des années antérieures à 1950 grosso modo. Fabriquer des composants électroniques n'est pas si difficile je pense, tant qu'on reste sur des gros composants.
On peut fabriquer par exemple un condensateur ou un transistor comme dans les années 50 :
https://www.youtube.com/watch?v=Nl73TPL_g8M
https://www.youtube.com/watch?v=OGeuv18KP4k

Concernant la lumière, j'ai indiqué qu'on pouvait renforcer l'éclairage par des réflecteurs placés derrière les serres. Ca c'est pour les plantes, qui ont un beson très fort de lumière. Pour l'habitat, c'est plus compliqué. Il y a cependant plusieurs solutions (à part se coucher quand il fait nuit) :
- d'abord la lampe à huile, mais cela oblige à traiter les gaz rejetés.
- ensuite une ampoule à incandescence bricolée : il suffit de placer le filament dans un récipient en verre et de faire le vide avant d'allumer.
- autre idée : placer le filament à incandescence dehors ! Et oui, parce que ça marche mieux sous vide et justement, dehors c'est quasiment le vide !
Argyre
Argyre

Messages : 3386
Inscrit le : 31/01/2006
Age : 54 Masculin
Localisation : sud-ouest

Revenir en haut Aller en bas


Préliminaire : ceci est une réflexion croisée sur le  papier d' Argyre et l'épidémie de coronas. 

Je me suis fait la réflexion que si jamais sur Mars on avait une pandémie, la solution proposée par notre ami d'une petite communauté de 110 personnes serait un des moyens de faire des  cellules de confinement .
De plus si l'on compte sur le Starship pour convoyer les émigrants on sera presque bon en nombre et chaque groupe pourrait être séparé les uns des autres.
Ceci dit, si un tel scénario fait un peu autoritaire le bénéfice pour la communauté peut être énorme.
Cela a les avantages à la fois des petites structures et des grosses communautés, les colons  seront encore comme un petit village et avoir aussi l'avantage d'avoir  un "état" pour fédérer toutes les forces vives.
avatar
Anovel
Donateur
Donateur

Messages : 1745
Inscrit le : 03/10/2017
Age : 63 Masculin
Localisation : 62 Le Portel

Revenir en haut Aller en bas


@Anovel a écrit:Préliminaire : ceci est une réflexion croisée sur le  papier d' Argyre et l'épidémie de coronas. 

Je me suis fait la réflexion que si jamais sur Mars on avait une pandémie, la solution proposée par notre ami d'une petite communauté de 110 personnes serait un des moyens de faire des  cellules de confinement .
De plus si l'on compte sur le Starship pour convoyer les émigrants on sera presque bon en nombre et chaque groupe pourrait être séparé les uns des autres.
Ceci dit, si un tel scénario fait un peu autoritaire le bénéfice pour la communauté peut être énorme.
Cela a les avantages à la fois des petites structures et des grosses communautés, les colons  seront encore comme un petit village et avoir aussi l'avantage d'avoir  un "état" pour fédérer toutes les forces vives.
Je me suis fais la même réflexion. Et n'est-ce pas la stratégie de survie d'essaimage employée par les insectes sociaux tels les abeilles, fourmis et termites  sur des millions d'années ? Un pangolin peut dévorer totalement une termitière (tiens encore cet animal mis en cause  ;) ), mais d'autres termitières survivront ! Il en fut pareil des hominidés : certaines tribus furent anéanties - pas toujours car moins adaptées, mais aussi simplement par malchance - et d'autres survécurent par chance.
De plus l'apparition de plusieurs groupes peut introduire un nouveau facteur de partage , selon les ressources locales minières et les échanges commerciaux qui en résulteront.


Dernière édition par Giwa le Jeu 25 Juin 2020 - 6:04, édité 1 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11112
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Pour les condensateurs, les selfs et les résistances, pas de problèmes avec les moyens du bord si on dispose des ressources minérales et d'une petite industrie chimique et métallurgique, mais pour les composants actifs ça se corse. Le gars dans la vidéo se sert de diodes au germanium pour son bricolage. Hormis que le germanium (contrairement au silicium) ça court pas les rues, les vrais problèmes sont ceux de la pureté électronique et de la précision du dopage si on ne dispose pas de composants actifs à "bricoler" mais qu'il faut les créer.
Les tubes à vide n'ont été déclassés que quand on a eu les (gros) moyens technologiques de purifier le germanium (et plus tard le silicium) en qualité électronique. Je me demande s'il ne faudrait pas faire comme les Soviétiques qui ont utilisé les tubes à vides jusque dans les années 60-70 (notamment pour leurs sondes Venera). La question est : le "vide" martien est-il d'assez bonne qualité pour des diodes, triodes, tétrodes, pentodes, hexodes et heptodes montées directement sans enveloppes à la pression de la surface martienne dans une enceinte bien "aérée". En plus les filaments dans ce cas ne seraient pas pollués par les éléments émis par les autres électrodes ce qui mettrait fin au cauchemar des changements permanents de tubes.

Édit : après quelques recherches, il semblerait que l'atmosphère de Mars serait trop dense pour faire fonctionner des tubes à vide "ouverts", mais sur la Lune (ou tout autre astre démuni d'atmosphère) ça devrait marcher...

_________________
Les fous ouvrent les voies qu'empruntent ensuite les sages. (Carlo Dossi)
110 personnes pour survivre sur Mars - Page 2 1458782828-discovey2001-terre
Henri
Henri
Modérateur
Modérateur

Messages : 4839
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 64 Masculin
Localisation : Strasbourg, France

http://goo.gl/GrrJMb

Revenir en haut Aller en bas


Félicitations Argyre pour ce travail super intéressant 🍺 et  je suis également impressionné par les remarques pertinentes qui en découle. :ven:

N’étant pas aussi pointu que vous je me contente d’une remarque plus basique : je trouve rassurant que des modèles « montrent » que l’installation humaine sur mars (sur le long terme) serait Possible avec une , voire quelques centaines de personnes au lieu du million de zurbrin. Ça ouvre un champ des possibles plutôt très intéressant et j’ai hâte de lire toutes vos remarques.
avatar
YoannMR

Messages : 262
Inscrit le : 04/03/2019
Age : 44 Masculin
Localisation : Isere

Revenir en haut Aller en bas


@Thierz a écrit:Je me dis que ça aurait peut-être été plus clair de séparer le coefficient de partage du coefficient de gain de productivité... Pour la lisibilité en tout cas ça aurait été un plus.
Dès lors qu'on considère les hommes comme des machines avec une productivité chiffré on a des problèmes de lisibilité car c'est faire fi des caractères et de la pensée de groupe au profit unique des compétences.

Si on prend plusieurs groupes d'humains triés sur le volet pour leurs compétences de survie et qu'on abandonne chaque groupe en plein milieu de l'Arctique dans des conditions similaires il y aura forcément un groupe qui s'en sortira mieux que les autres et l'écart de réussite risquerait d'être totalement abyssal au point que les chiffres n'auraient plus vraiment de sens passé un certain délai.

C'est un peu comme lors d'une catastrophe, il suffit parfois d'une seule mauvaise décision (que ce soit une décision individuelle ou de groupe) pour tout faire basculer.

@Henri a écrit:
Une plaisanterie m'est venue à l'esprit : il faudrait disposer d'imprimantes 3D capables d'"imprimer" toutes les pièces technologiques avancées nécessaires aux machines nécessaires à une colonie, y compris les pièces nécessaires à l'assemblage des dites imprimantes 3D... ;)
Ce n'est pas une plaisanterie ni une vue de l'esprit, je t'invite à te renseigner sur l'imprimante RepRap (qui n'est pas totalement autoréplicative mais qui est sur la bonne voie) https://fr.wikipedia.org/wiki/RepRap Super
Saturmir
Saturmir

Messages : 524
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@Saturmir a écrit:
@Henri a écrit:
Une plaisanterie m'est venue à l'esprit : il faudrait disposer d'imprimantes 3D capables d'"imprimer" toutes les pièces technologiques avancées nécessaires aux machines nécessaires à une colonie, y compris les pièces nécessaires à l'assemblage des dites imprimantes 3D... ;)
Ce n'est pas une plaisanterie ni une vue de l'esprit, je t'invite à te renseigner sur l'imprimante RepRap (qui n'est pas totalement autoréplicative mais qui est sur la bonne voie) https://fr.wikipedia.org/wiki/RepRap Super

A vrai dire, c'est très loin d'être autoréplicateur, en dehors de quelques pièces mécaniques simples, et sous réserve de disposer des matériaux sous la bonne forme.
Pour faire ce genre de chose, il faut une puissance industrie microélectronique capable de fabriquer le microprocesseur pilotant cette machine.
Je pense que c'était un peu le sens du smiley d'Henri.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Personnellement si je devais tenter d'établir un modèle qui permettrait de déterminer le nombre minimal d'hommes sur Mars je ne tenterai pas de résumer la chose en une simple formule mathématique bourrée d'intégrales. J'opterai plutôt pour un modèle informatique basé sur une méthode empirique avec les mêmes contraintes que celles formulées dans les tableaux accompagnant l'article dans Nature.

Pour obtenir les données il faudrait programmer un jeu de la vie (si le concept ne vous ai pas familier je vous invite à regarder sur Wikipédia) avec des bots programmés pour mimer aux mieux les activités humaines sur Mars et faire varier différentes variables (nombre d'individus, taux de pannes, équipement de départ, etc.) de façon aléatoire. Ensuite il n'y aurait plus alors qu'à lancer le jeu de la vie des centaines de milliers de fois pour obtenir le nombre d'individus nécessaires. :study:
Saturmir
Saturmir

Messages : 524
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


Pour tout ce qui est fabrication "industrielle" (métallurgies, machine outils, fourniture, etc), la technologie des années 1860 - 1920 est un très bon exemple globalement. On ne s'en rend pas forcement compte, mais tant que l'on obtient les matériaux, une grade partie de notre technologie est faisable avec des techno "rudimentaire" (mais un rendement bien mauvais). On à besoins en gros de:
- Pièces de révolution (axe, roulement, etc)
- Pièces parallélépipédique (boitier, châssis, etc)
- Engrenage
- Vis/écrou
Tout cela peut être fabriqué avec un tour et une fraiseuse par une personne un minimum qualifié avec deux outils: un tour et une fraiseuse. Ces outils étant uniquement composé des éléments cité au dessus. On peut rajouter tout ce qui est plasturgie (possible sur mars) et un peu d'automatisation via des relais (c'était les composants des 1er ordinateurs - voir le Zuse 3).

On se retrouve au final avec toute la techno pour s'installer de manière à peu près durable. Ce qui donne une joli petite colonie dans un délicat style steampunk (bon plus électrique que à vapeur mais bon, on a tout le reste).
avatar
cube

Messages : 48
Inscrit le : 14/10/2017
Age : 22 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


@cube a écrit:On se retrouve au final avec toute la techno pour s'installer de manière à peu près durable. Ce qui donne une joli petite colonie dans un délicat style steampunk (bon plus électrique que à vapeur mais bon, on a tout le reste).
Je suis tout à fait d'accord avec ton expression de Steampunk, ces scénarios d'hommes sur Mars privés d'un contact avec la Terre ressemblent, de mon point de vue, à des scénarios de science fiction totalement uchroniques.

Installer des hommes sur Mars en autarcie totale en les renvoyant à un niveau technologique de l'Entre-deux-guerres n'aurait aucun sens. Sans un soutien minimal de la Terre, les colons Martiens auraient les mêmes chances de survie qu'un couple entassé sur un zodiac troué de toutes parts et prenant l'eau encerclé par des requins au beau milieu du Pacifique :megalol:
Saturmir
Saturmir

Messages : 524
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 51 Masculin
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


@cube a écrit:Pour tout ce qui est fabrication "industrielle" (métallurgies, machine outils, fourniture, etc), la technologie des années 1860 - 1920 est un très bon exemple globalement. On ne s'en rend pas forcement compte, mais tant que l'on obtient les matériaux, une grade partie de notre technologie est faisable avec des techno "rudimentaire" (mais un rendement bien mauvais). On à besoins en gros de:
- Pièces de révolution (axe, roulement, etc)
- Pièces parallélépipédique (boitier, châssis, etc)
- Engrenage
- Vis/écrou
Tout cela peut être fabriqué avec un tour et une fraiseuse par une personne un minimum qualifié avec deux outils: un tour et une fraiseuse. Ces outils étant uniquement composé des éléments cité au dessus. On peut rajouter tout ce qui est plasturgie (possible sur mars) et un peu d'automatisation via des relais (c'était les composants des 1er ordinateurs - voir le Zuse 3).

On se retrouve au final avec toute la techno pour s'installer de manière à peu près durable. Ce qui donne une joli petite colonie dans un délicat style steampunk (bon plus électrique que à vapeur mais bon, on a tout le reste).

Les sources d'énergie électrique sont néanmoins bien limitées sur Mars. Tu peux aller jeter un oeil aux procédés de fabrication des panneaux solaires en silicium par exemple (Si purifié à 99.9999%, chauffage à 3000°C, et ensuite le dopage finement dosé). Ça ne parait quand même pas très compatible avec de la fabrication artisanale, plutôt avec la grosse machinerie ultra-capitalistique de l'industrie des semi-conducteurs modernes.
Il y a d'autres procédés, mais je pense que s'il existait des procédés beaucoup plus simples et moins coûteux de façon évidente, ça se fabriquerait déjà, et le plus pauvre des pays africains aurait sa fabrique de panneaux solaires.

Mais il faudrait peut-être remettre en question le besoin d'énergie électrique abondante.
S'il s'agit juste d'alimenter quelques automatismes, et pas de chercher à se balader sur Mars en bagnole, on peut tirer quelques dizaines de Watts d'une dynamo avec un pédalier. Une fraiseuse, ça consomme déjà plus, mais avec quelques esclaves pédalant en même temps, ça peut aussi le faire.

Et on en revient toujours à la même question : quel est le niveau technologique minimal nécessaire pour vivre sur Mars ?
La technologie de 1950, 1900, 1850 ?
Le lien avec l'effectif est que plus le niveau technologique requis est élevé, plus le nombre de spécialités requises est élevé.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


Je vais essayer de répondre dans l'ordre:

- Pour l'énergie électrique, il ne faut pas se leurrer... c'est du nucléaire au début (on peut trouver des articles avec des modèles de réacteur fait pour sortir 1MW pendant 1 siècle par exemple). Ce qui en début de colonisation donne de la marge de manœuvre. De plus, pour l’énergie solaire, pourquoi faire du photovoltaïque? Du solaire thermique avec des générateur style Stirling marcherait pas trop mal sur mars (grande surface, peu d'atmosphère mais moins d'énergie au m2). Et c'est vachement plus simple... on évite un bon morceau de semi-conducteur moderne.
- Les procédé les plus simple sont abandonné avec le temps. En effet, il sont en général moins rentable économiquement. Mais ce qui est intéressant sur mars ne l'est pas forcement sur terre (génération de plastique à partir du carbone de atmosphère par exemple). C'est le moment de voir tout ce qui est histoire des technologie.
- Ce n'est pas une question de "niveau technologique", c'est une question de choix de techno plutôt. Par exemple:
  - Si on ne veut pas dépendre de la terre, on oublie les semi-conducteurs dans un premier temps. Donc on part sur des technos d'avant les années 50 en gros. Ce qui signifie quand même système automatique à base de relais... soit quasiment tout les automatisme industriel jusqu'au années mi70 - début 80. C'est suffisant pour automatiser la collecte de régolithe par exemple.
  -On a quand même accès à tout ce qui est plasturgies et composite (et même certaine céramiques).
  -Pour tout ce qui est agriculture, on peut utiliser des techniques modernes (hydroponie, hors sol, etc)
En résumer: C'est pas une question de niveau technologique, mais de choix technologique. On peut très bien utilisé des trucs d'avant 1900 (batterie fer-carbone, vielle machine outil) et des trucs ultra-moderne (agriculture, plastique) sans problème.


Je suis par contre en accord avec la question du nombre de spécialiste. C'est le gros point bloquant d'une colonisation. Même avec un bon choix initial de colons, c'est difficile de tout avoir. Mais d'un autre coté... c'est stupide de se spécialisé dans un seul domaine. Un ingé mécanique peut très bien faire un travail de technicien électrique, tout comme un biologiste peut faire de l'agriculture. Il ne faut juste pas attendre le même niveau de compétence partout. L’expérience des bases en antarctique doit être très importante pour ce genre de choix (on ne fait pas pire niveau isolement).
avatar
cube

Messages : 48
Inscrit le : 14/10/2017
Age : 22 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Ce que tu décris est bien ce que j'appelais un niveau technologique 1950 (juste avant l'électronique des semi-conducteurs, qui est un point d'inflexion important dans l'histoire des techniques), avec éventuellement quelques ajouts de techniques simples découvertes depuis et qui auraient pu l'être plus tôt, et ça n'exclut évidemment pas des techniques plus anciennes toujours utiles.
Et ce que j'appelle "niveau 1850", toujours pour simplifier, c'est juste avant l'utilisation de l'électricité (c'est à peu près à cette époque que sont inventés moteurs électriques, dynamos, etc.).
Mais peu importe, c'était juste un raccourci de vocabulaire de ma part pour rester concis.

Pour ce qui est de la spécialisation, on peut évidemment toujours être polyvalent, dans certaines limites. Pour un ensemble de techniques données à maitriser, il faut quand même toujours un effectif minimal.
Par ailleurs, toujours en se plaçant dans l'hypothèse d'Argyre, il faut envisager la transmission sur le long terme de connaissances pointues d'une génération à l'autre, le choix initial doit pouvoir se perpétuer.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@Cube a écrit:Du solaire thermique avec des générateur style Stirling marcherait pas trop mal sur mars (grande surface, peu d'atmosphère mais moins d'énergie au m2). Et c'est vachement plus simple... on évite un bon morceau de semi-conducteur moderne.

Effectivement  dans les premiers temps , il ne faut pas chercher la performance , mais des machines plus faciles à construire et à réparer  avec des moyens limités.
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11112
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Pour compléter le message précédent, ces moteurs Stirling pourraient stocker de l’énergie potentielle de pesanteur pendant le jour en élevant  des charges qui, au cours de la nuit, en redescendant restitueraient  cette énergie mécanique selon le principe des horloges anciennes à poids .
Certes la pesanteur martienne n'est que le tiers de la pesanteur terrestre , mais il suffit par exemple de doubler les masses des charges et d'augmenter de 50% les hauteurs . Bien sûr à condition de se localiser vers l'équateur ou dans des régions proches.

Donc avec du solaire thermique - sans passer au photovoltaïque - , on doit pouvoir se débrouiller .
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11112
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Oui, il y a cette possibilité du Stirling.
Et pour stocker l'électricité, je n'ai rien contre les batteries (parce que les poids, ça ne stocke quand même pas grand chose, sauf à manipuler des tonnes).
Pas les trucs high-tech actuels évidemment, mais la bonne vieille batterie acide-plomb, par exemple, qui permettait déjà d'alimenter la "Jamais contente"en 1899.
Après, pour revenir à l'idée initiale, sans trop descendre dans les détails ici, une étude complète nécessiterait  de décomposer les compétences et taches, ce qui représente un gros travail.
A la limite, ça peut se tester : prendre une centaine de volontaires, isolés quelques années dans un désert, et un matériel initial,  et débrouillez-vous faire une copie de tout ce matériel (même avant usure naturelle du matériel initial, parce que je doute qu'on trouve des volontaires pour s'isoler 10, 20, ou 50 ans), en commençant par gratter le sol pour extraire les métaux.
lambda0
lambda0

Messages : 4668
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


On avait eu un fil aussi il me semble sur du stockage d'énergie par des volants inertiels, je crois me rappeler qu'un des obstacles majeurs pour ceci était de bénéficier d'un matériau suffisamment costaud pour encaisser un nombre important de tours par minute sans éclater par la force centrifuge, et qu'une startup était en train d'expérimenter une avancée dans ce domaine...

Edit : retrouvé !
https://www.forum-conquete-spatiale.fr/t11855-stockage-de-l-energie-pour-une-colonie-martienne#227069
Thierz
Thierz
Admin
Admin

Messages : 6916
Inscrit le : 12/03/2008
Age : 44 Autre / Ne pas divulguer
Localisation : Grenoble-Chambéry

Revenir en haut Aller en bas


@Thierz a écrit:On avait eu un fil aussi il me semble sur du stockage d'énergie par des volants inertiels, je crois me rappeler qu'un des obstacles majeurs pour ceci était de bénéficier d'un matériau suffisamment costaud pour encaisser un nombre important de tours par minute sans éclater par la force centrifuge, et qu'une startup était en train d'expérimenter une avancée dans ce domaine...

Edit : retrouvé !
https://www.forum-conquete-spatiale.fr/t11855-stockage-de-l-energie-pour-une-colonie-martienne#227069
Merci Thierz ! Effectivement, le stockage de l'énergie est primordiale et c'est bien de rappeler ce sujet  !

Pour le stockage de l’énergie ,il  y a  aussi les gaz comprimés comme cette  voiture  : AirPod
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11112
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:Oui, il y a cette possibilité du Stirling.
Et pour stocker l'électricité, je n'ai rien contre les batteries (parce que les poids, ça ne stocke quand même pas grand chose, sauf à manipuler des tonnes).
...
Les Suisses le font  :Energy Vault

Et les barrages hydroélectriques appliquent ce principe depuis longtemps.


Dernière édition par Giwa le Ven 26 Juin 2020 - 17:37, édité 1 fois
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11112
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum