Extraction du régolithe - Synthèse 02 ... etc ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


Quelques infos sur les projets à l'étude dans ce domaine. Plutôt basé sur une problématique lunaire mais probablement transférable sur un "scénario Phobos" pour l'accès à Mars.

http://www.californiaspaceauthority.org/regolith/index.html


http://www.asi.org/adb/04/03/10/04/oxygen-extraction.html
montmein69
montmein69

Messages : 17917
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Intéressant mais 2 choses me font peur:
1) Quelle est la proportion de FeTiO3 dans le régolite ?
2) Quel est le bilan énergétique associé à chacune des réaction, et comment se fait la dégradation de l'eau ?

Tout cela en plus des questions posées par l'équipe elle-même.

Le premier lien donne 30 Watt DC pour faire marcher la chaine globale, ça me semble bien optimiste au vue des 900° nécessaires et des éléments mécaniques nécessaires.

Il est toutefois intéressant de noter toutes les techniques qui permettent d'extraire de l'oxygène: http://www.asi.org/adb/04/03/10/04/extraction-processes.html

Je ne suis pas du tout expert en la matière, mais le champ d'investigation semble rester grand ouvert chez les spécialistes. Passionnant.
Space Opera
Space Opera
Modérateur
Modérateur

Messages : 12326
Inscrit le : 27/11/2005
Age : 47 Masculin
Localisation : France

http://www.forum-conquete-spatiale.fr

Revenir en haut Aller en bas


Tu as raison de souligner qu'il y a loin d'un avant-projet "sur le papier" tel celui-ci jusqu'à avoir ne serait-ce qu'un prototype de "réacteur" qui fonctionne sur Terre.
Pour cela il faut au moins avoir une quantité d'échantillon (donc de matière première) suffisante pour tester un process, ajuster les températures, éventuellement tester des catalyseurs, et mesurer l'énergie à fournir.

Après seulement, on peut dimensionner l'appareillage et tout ce qu'il faut autour ... pour en faire un payload qui pourra fonctionner sur place.

Pour ce qui me concerne je vois une mission de retour d'échantillons de régolithe lunaire (en quantité) pour dégrossir la technique (mise au point sur Terre) puis une implantation d'une unité pilote lunaire (je vois là l'utilité d'une présence humaine pour la mise au point).

Ensuite il faut s'assurer que le régolithe de Phobos est compatible et/ou adapter l'installation ... bref c'est pas dans la poche ...
montmein69
montmein69

Messages : 17917
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@Space Opera a écrit:Intéressant mais 2 choses me font peur:
1) Quelle est la proportion de FeTiO3 dans le régolite ?
2) Quel est le bilan énergétique associé à chacune des réaction, et comment se fait la dégradation de l'eau ?
...

On en avait un peu discuté ici :
http://www.forum-conquete-spatiale.fr/ftopic1902.Recherches-geo-logiques-lunaires.htm

Je redonne les références :
Abondance moyenne des principaux éléments simples :
http://www.ibiblio.org/lunar/school/near_earth/minemoon.html

Eléments rares :
http://www.ibiblio.org/lunar/school/near_earth/minelite.html

Techniques d'extraction et énergie requise :
http://www.abo.fi/~mlindroo/SpaceExp/Slides/tsld002.htm

Ces procédés sont quand même assez gourmands en énergie...

Quelques opinions critiques :
http://www.thespacereview.com/article/697/1
lambda0
lambda0

Messages : 4672
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:
Quelques opinions critiques :
http://www.thespacereview.com/article/697/1

Oui , comme je le pensais le régolithe n'est pas une matière première aisée à traiter.

Pour Mars, la production (H2O, O2, CH4) serait plus aisée à partir de l'eau et du CO2 de l'atmosphère (ce qui ne veut pas dire simple).
montmein69
montmein69

Messages : 17917
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas


L'albédo de Phobos/Deimos est très faible et ça doit bien chauffer naturellement. J'aurais plutôt tendance à penser que l'eau qui pouvait être proche de la surface est évaporée depuis longtemps, et que au moins sur plusieurs mètres, ces cailloux sont aussi secs que la Lune...
Et si le noyau de glace est à 1 km de profondeur, on n'est pas plus avancé.
Température de surface donnée à 313K=40°C (je suppose que c'est au soleil) :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Phobos_(lune)

Faut aller voir et creuser, quoi...

(Tiens au fait, il me semble que même pour la Lune, pourtant bien plus accessible et étudiée, on n'a toujours pas vraiment conclu sur l'existence de glace exploitable au pole, bien que presque tout le monde semble considérer celà comme un fait acquis).
lambda0
lambda0

Messages : 4672
Inscrit le : 22/09/2005
Age : 54 Masculin
Localisation : Nord, France

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas


@lambda0 a écrit:
(Tiens au fait, il me semble que même pour la Lune, pourtant bien plus accessible et étudiée, on n'a toujours pas vraiment conclu sur l'existence de glace exploitable au pole, bien que presque tout le monde semble considérer celà comme un fait acquis).

Il y avait eu ceci avec un résultat négatif :

http://science.nasa.gov/newhome/headlines/ast13oct99_1.htm

Comme tu le dis, la surface de Phobos doit être sèche sur plusieurs dizaines ou centaines de m. Donc (au cas où il y ait de l'eau... vu les "dégazages" observés) il faudrait creuser très profond.
montmein69
montmein69

Messages : 17917
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Le fait que la NASA est revenu sur l'idée d'utiliser dès le retour sur la Lune l'utilisation du mélange méthane/oxygène est sans doute sage. Il faut avant tout revenir sur la Lune le plus vite possible en utilisant des techniques éprouvées pour éviter de continuer de faire du sur place.
L'extraction de l'oxygène des roches lunaires se fera, mais dans une seconde phase, une fois le retour sur la Lune rendu irréversible...surtout si d'autres nations cherchent à s'y installer à leur tour. Il y aura d'autres priorités avant:
- installer une base lunaire fiable et durable avec toutes les protections nécessaires contre les radiations et les micrométéorites
-recycler le plus parfaitement possible l'eau nécessaire aux besoins humains, puis le dioxygène à partir du CO2 ,d'abord par voie chimique et pourquoi pas après avec des serres.
Pourquoi ce changement ? Evidemment comme vous je n'ai aucune certitude et ne peux faire que des suppositions.
A mon avis, la poursuite de la mise au point de l'extraction demanderait des investissements assez lourds et comme le budget de la NASA sera serré pour pas mal de temps: la priorité est donc encore aux lanceurs et non à la base lunaire . On commencera donc avec une base simplifiée.
Cette attitude est parfaitement compréhensible: on ne pourra approfondir cette mise au point que lorsque l'on connaitra le mieux possibles les ressources minières disponibles pour adapter l'extraction à ces minerais.
L'utilisation des ressources locales viendra pour plus tard .
Mais une fois cette expérience acquise, on pourra passer plus facilement à la conquête de Mars en passant par ses satellites.

avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11127
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Toujours à propos du traitement des minerais pour obtenir de l'oxygène,on en avait discuté aussi dans les sujets:

http://www.forum-conquete-spatiale.fr/Technique-c5/Autres-f21/Constructions-lunaires-et-martiennes-t3310.htm

http://www.forum-conquete-spatiale.fr/Technique-c5/Autres-f21/co-developpement-du-spatial-et-du-terrestre-t3355.htm

L'utilisation de l'hydrogène à très haute température sera nécessaire si on souhaite réduire tout minerai (plus de 2500°C), mais heureusement certains minerais sont réductibles à plus basse température vers 1000 °C, mais le problème sera alors de les trouver , les extraire et de les conditionner avant réduction.

Toujours est-il que comme sous-produit on obtient de la vapeur d'eau (sur la Terre ;) )...qui sur la Lune devient un produit essentiel :) que l'on peut ensuite électrolyser ou thermolyser en hydrogène (pour le recyclage) et en oxygène pour les besoins respiratoires ou comme comburant si on en produit en grande quantité.

Cà sera certainement assez difficile de mettre au point tout çà...mais il se pourrait que sur notre Lune ou sur celles des martiens ;) çà devienne plus facile grâce au vide mis à notre disposition gratuitement :) qui est un très bon isolant thermique et donc facilite l'obtention de très haute température (à condition comme dans les bouteilles thermo de réduire les pertes radiatives avec de bons réflecteurs ) .
Quant à l'hydrogène si on peut se le procurer sur place...tant mieux !

Si non on peut quant-même le faire venir d'ailleurs car c'est l'élément de beaucoup le plus léger ce qui réduit considérablement le coût de son transport. (même si sa faible densité oblige à l'utilisation de réservoirs volumineux et bien isoler thermiquement pour le maintenir bien au froid ;) ...mais là encore le vide est notre allié )
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11127
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas


Pour ce qui me concerne, je défendrai plutôt une implantation de petits réacteurs pour traiter l'eau et le CO2 atmosphérique dans une zone proche des pôles martiens (la chimie à mettre en oeuvre est de loin plus simple que le traitement du régolithe)
Et on utilise une partie des ergols fabriqués pour transporter des "bidons" sur Phobos.
De Phobos on peut accéder à toutes les longitudes et latitudes de Mars pour des missions d'exploration en emportant tout le nécessaire, y compris les ergols pour revenir sur la "station service" de Phobos (retour d'achantillons par exemple ou tout simplement révitaillement du lander/rover avant qu'il change de zone d'exploration).
Cela permet un intense travail d'exploration de sites multiples. Les voyages Mars/Phobos/Mars coutent de l'énergie, mais elle est produite sur place.

Cela est réalisable dans le cadre de missions robotisées et prépare les conditions optimales pour un voyage humain ultérieur. (si on dispose d'O2, d'eau et de méthane pour assurer le support vie et le carburant du retour ... cela devient envisageable)

Mais ... il faudrait remettre sur le tapis la propulsion méthane/LOX ... et on n'en prend pas le chemin.
montmein69
montmein69

Messages : 17917
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


@montmein69 a écrit:Pour ce qui me concerne, je défendrai plutôt une implantation de petits réacteurs pour traiter l'eau et le CO2 atmosphérique dans une zone proche des pôles martiens (la chimie à mettre en oeuvre est de loin plus simple que le traitement du régolithe).

Pour couper un peu les cheveux en quatre ;) , disons plutôt le génie chimique à mettre en œuvre pourrait être plus simple.

Bien, mais revenons à l’extraction de l’oxygène de la régolithe :les deux difficultés majeures sont les hautes températures à mettre en œuvre et le risques de diffusion de l’hydrogène à travers les parois.

Quelle ébauche de solution pourrait-on apportée ?

Broyée finement la régolithe, puis la faire tomber lentement (la faible gravité aidera à çà ) dans un affluent ascendant d’hydrogène. Le tout serait dans un tube cylindrique en silice transparente d' assez grand diamètre et protéger du centre à très haute température part un flux laminaire de gaz hydrogène froid.

Le centre serait chauffé par énergie solaire en étant au foyer d’un ensemble de miroirs paraboliques ou d’un seul miroir de forme plus complexe (c’est alors un problème d’optique géométrique et de caustique ) Ce tube central serait à l’intérieur d’autres tubes gigognes toujours en silice à pression de plus en plus réduite où l’on récupérerait au moyen de pompes l’hydrogène ayant pu diffusé. Le tube extérieur serait en contact avec le vide, mais ne subirait que des contraintes faibles vu sa faible pressions interne et l’éloignement de la source de chaleur.


@montmein69 a écrit:Et on utilise une partie des ergols fabriqués pour transporter des "bidons" sur Phobos.
De Phobos on peut accéder à toutes les longitudes et latitudes de Mars pour des missions d'exploration en emportant tout le nécessaire, y compris les ergols pour revenir sur la "station service" de Phobos (retour d'achantillons par exemple ou tout simplement révitaillement du lander/rover avant qu'il change de zone d'exploration).
Cela permet un intense travail d'exploration de sites multiples. Les voyages Mars/Phobos/Mars coutent de l'énergie, mais elle est produite sur place.

Cela est réalisable dans le cadre de missions robotisées et prépare les conditions optimales pour un voyage humain ultérieur. (si on dispose d'O2, d'eau et de méthane pour assurer le support vie et le carburant du retour ... cela devient envisageable)

Mais ... il faudrait remettre sur le tapis la propulsion méthane/LOX ... et on n'en prend pas le chemin.



Tout ça est un problème de logistique…il faudra si les sujets continuent à s’enrichir dans ce domaine, créer une rubrique correspondante… mais bon, attendons un peu : « wait and see ! » ;)

Une objection pour l’utilisation de Phobos (ou Déimos) à partir de l’arctique martien :

Leurs orbites sont équatoriales, donc très bien pour les atteindre à partir d’un « Kourou » martien en profitant de plus de la rotation de Mars, mais ce n’est plus le cas à partir d’un pôle ! :roll: Que faire ? Faire du 4 X 4, voire du 6 X 6 du pôle à l’équateur si on a le temps et qu’on étudie bien l’itinéraire pour éviter les cratères ou les rifts : pourquoi pas ! 8-)

Autre solution : l’avion-fusée, mais pas très économique pour l’énergie et le rapport de masse

Autre solution : l’avion à hélice, çà a déjà été étudié : mais il faut rappeler que les extrémités des pales de grand diamètre travailleront en supersonique (c’est pas impossible, mais pas simple non plus ) :scratch:

Autre solution : le turboréacteur !... Non je ne suis pas tomber sur la tête :eeks: et bien sûr il n’y a pas d’oxygène dans l’atmosphère martienne pour la combustion du carburant qui serait le méthane. Prévoyons alors deux réservoirs, un pour le carburant et l’autre pour le comburant (le LOX). Bien sûr on alourdit le tout et on ne voit pas très bien le bénéfice que l’on peut en retirer par rapport à un moteur-fusée. Revenons sur le principe de la réaction : l’impulsion de l’engin sera opposée à la quantité de mouvement des gaz éjectés. Deux voies possibles :

- celle privilégiée par les fusées : augmenter le plus possible la vitesse d’ éjection pour réduire le plus possible le rapport de masse… mais au détriment de l’énergie consommée car l’énergie cinétique est proportionnelle au carré de la vitesse. Plus on éjecte les gaz à grande vitesse, plus on consomme de l’énergie.

- celle privilégiée par les avions à hélice, turbopropulseurs ou de turboréacteur à flux multiples : augmenter la masse éjectée puisque celle-ci n’est plus à transporter, mais prélevée dans l’atmosphère. On économise alors sur l’énergie et non plus sur la masse éjectée.

C’est cette deuxième voie qu’ utiliserait ce turboréacteur martien : le méthane et le LOX servant à l’apport d’énergie pour chauffer les gaz et les compresser avant détente, et participant peu à la masse éjectée à cause de leur dilution. La majeure partie des gaz éjectés proviendrait de l’atmosphère martienne. Et pour le décollage et l’ « atterrissage » :… verticaux comme les avions Harrier.
Cordialement,
Giwa
avatar
Giwa
Donateur
Donateur

Messages : 11127
Inscrit le : 15/04/2006
Age : 77 Masculin
Localisation : Nice

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum