Parker Solar Probe - Mission en orbite héliocentrique

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas


@Fabien0300 a écrit:Le 26 décembre, la sonde Parker a profité de son assistance gravitationnelle de Vénus pour allumer ses instruments et étudier l’interaction (le choc) entre la ionosphère de la planète et les vents solaires. Le but étant de définir exactement où se situe ce choc en fonction du cycle solaire de 11 ans. Les chercheurs devraient ainsi comprendre à quelle vitesse la planète perd son atmosphère. On en apprendra encore plus lors des deux prochains survols de la sonde en juillet 2020 et février 2021 car Parker passera à travers la queue de Vénus, là où l'atmosphère s'échappe.

https://www.space.com/parker-solar-probe-venus-flyby-observations-december-2019.html
Je réagie un peu a retardement, mais je me permet de fournir un complément d'information sur ma futur résidence secondaire. 
l'étude des pertes atmosphérique est essentiel pour comprendre l'histoire de venus, car permettrait d'établir des modelés de la perte d'eau. En effet, venus c'est formé près de la terre et a donc du absorbé des quantités similaire d'eau dans le disque protoplanétaire et par bombardement cométaire. Or aujourd’hui on a plus que le nuage d'acide sulfurique qui contienne de l'eau soit sous forme simple soit combiner dans des quantités bien trop faible comparé au océan qu'on pourrait attendre.  L’hypothèse majoritaire est que la vapeur d'eau des océans ai migré vers les couches haute de l'atmosphère et est était décomposé en oxygène (qui combiné a du carbone aurais crée du CO2) et en hydrogène qui, particulièrement léger, aurais était soufflé par les vents solaire. Or vu qu'on comprend très mal se phénomène, on a du mal a en estimé le débit et donc savoir en combien de temps des océans entier on pu être soufflé. Savoir quand venus a perdu ses océans est essentiel car selon les modelés de formation planétaire, venus devrait encore aujourd’hui être vivable avec une atmosphère 4 fois plus important que le notre (contre 100fois aujourd'hui), des température légèrement supérieur au notre (contre 500°C aujourd'hui et de l'eau liquide en surface. donc il y a eu quelque part un point de divergence dont on ne connais pas la nature mais dont la connaissance du débit de fuite de l'hydrogène permettrait d'estimé quand il est survenu.
Se phénomène est un cas unique dans les systèmes solaire car mercure n'a déjà plus rien à perdre, la terre et protéger par sont champs magnétique et mars est trop loin et a une atmosphère trop tenu pour que le phénomène de perte soit aussi importante que sur venus. De delà de la seul compréhension de notre jumelle, cette étude est essentiel car se model de formation pourrais se retrouvé sur les exo planète et ainsi différencier a distance des planètes vivable comme la terre d'enfer (pour la vie terrestre) comme venus. 
Coté technique, cette étude se heurte a un problème financier car pour mieux le comprendre il faudrait placer un ou plusieurs orbiteur sur des orbites particulière qui ne permettrait d'étudier que la ionosphère. Donc même si cette investigation est essentiel elle ne peu pas justifier a elle seul le cout d'une mission entier alors qu'un orbiteur sur une orbite polaire pourrais étudier efficacement a la fois l'atmosphère et la surface. Une idée serait d'envoyer une mission multiplateforme comprenant en plus de la mission principale un ou plusieurs cuestas dédiées à l’ionosphère. Mais en attendant, on se contente d'utilisé les sonde qui passe dans le coin (et Parker est particulièrement bien instrumenté pour ça) pour récolté des données

phenix

Messages : 2301
Inscrit le : 22/02/2015

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas


@katalpa a écrit:
Il y a sans doute des réactions nucléaires dans la couronne solaire, je suppose.

Ce n'est pas possible, car pour initier une réaction nucléaire de fusion, il faut une énorme compression et une température d'environ 15 millions de degré, conditions qui ne sont atteintes qu'au coeur du Soleil.

Le chauffage de la couronne, est présumé réalisé par le biais de spicules par lesquels peut monter du plasma très chaud provenant de l'intérieur du Soleil.

https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-mystere-couronne-solaire-enfin-resolu-27195/

https://www.sciencesetavenir.fr/espace/pourquoi-la-couronne-solaire-est-aussi-chaude_117333

Cela fait toujours l'objet d'observations et de recherches.

montmein69
montmein69

Messages : 18291
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Montmein69 j'aime le contraste dans ton message entre la réalité :

@montmein69 a écrit:(...)

Cela fait toujours l'objet d'observations et de recherches.

... et le sensationnalisme des médias :

@montmein69 a écrit:(...)

www.futura-sciences.com : astronomie-mystere-couronne-solaire-enfin-resolu

(...)

Si on en croit Futura Science, circulez, y'a plus rien à voir :megalol:

_________________
Documents en édition libre pour le FCS (Google Drive) :
Thierz
Thierz
Admin
Admin

Messages : 7639
Inscrit le : 12/03/2008
Age : 44 Autre / Ne pas divulguer
Localisation : Grenoble-Chambéry

Revenir en haut Aller en bas


@katalpa a écrit:

Phenix dit que les instruments de Solar Probe Parker sont très au point pour étudier Venus, ça nous prépare peut-être une sonde pour Venus...
pas vraiment 
Venus etant un pivot gravitationnel tres efficace (faible Dv initale, masse importante, proximité avec le soleil) elle reçoit très régulièrement des visites de sonde a destination d'autre astre. ces sondes utilise quasiment a chaque fois leur instrument pour collecté des données sur Vénus mais aussi pour les testes. selon l'instrumentation de la sonde on peut étudier des domaine variér. messenger etait detiné a imagé mercure donc a fait des photo multispectrale de venus, galileo était orienté dynamique de l'atmosphere de jupiter, donc elle a etudier la dynamique de selui de venus. Parker est bien évidement orienté dans l’étude solaire. mais beaucoup d'instrument (étude du vents solaire,du palsma, champs magnétique) destine a étudier l’héliosphère du soleil sont aussi très précieux pour étudier l'interaction vent solaire<=>atmosphere donc c'est logique d'elle s'interesse a la ionosphère.
phenix
phenix

Messages : 2301
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 27 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas


La sonde Parker Solar Probe, qui pour rappel a son capteur de champ magnétique fourni par le LPC2E (laboratoire de physique et chimie de l'environnement et de l'espace d'Orléans), devrait survoler notre étoile à 11,6 millions de miles (18,7 millions de km) le 29 janvier prochain.
Un 4ème survol sur une série de 24 prévus jusqu'à la fin de la mission. Progressivement, la sonde devrait se rapprocher à 4 millions de miles (6,5 millions de km) de la surface du soleil.

les premiers résultats de la mission : https://www.nasa.gov/press-release/first-nasa-parker-solar-probe-results-reveal-surprising-details-about-our-sun

L'explication de l'origine de cette augmentation de température entre la "surface" (6000 °K) et la "couronne" (1 à 3 M °K) en quelques 2000 km promet d'être passionnante, de même que l'origine de ces deux types de vents de particules, lents (400 km/s) et supersoniques (800 km/s). Si j'ai bien compris, le vent est créé par la dépression entre le soleil et le milieu interstellaire, mais pourquoi deux vitesses ?
Surt
Surt

Messages : 449
Inscrit le : 07/02/2018
Age : 55 Masculin
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas


@Thierz a écrit:.../cut/....
Si on en croit Futura Science, circulez, y'a plus rien à voir :megalol:

Pour être plus complet sur l'article de Futura Sciences, - je suppose que - tu as pris comme citation ce qui est écrit dans le lien pointant sur l'article qui peut laisser penser à une affirmation.
www.futura-sciences.com : astronomie-mystere-couronne-solaire-enfin-resolu

Le titre de l'article lui est :
Le mystère de la couronne solaire enfin résolu ?

Le point d'interrogation ..... fait-il la différence ? Il semble que oui, puisque la conclusion évoque aussi la poursuite de recherches pour mieux comprendre :
Selon l'article publié par les chercheurs du LMSAL, les spicules sont accélérées verticalement dans la couronne solaire et viennent y déverser leur plasma brûlant telles des fontaines.

Il faudra attendre 2012 et la mise en service d'une autre mission de la Nasa, Iris (Interface Region Imaging Spectrograph), pour mieux comprendre ce phénomène de transfert ainsi que le rôle joué par la chromosphère (une couche épaisse de 10.000 kilomètres située entre la photosphère et la couronne), zone de transit des spicules.
montmein69
montmein69

Messages : 18291
Inscrit le : 01/10/2005
Age : 70 Masculin
Localisation : région lyonnaise

Revenir en haut Aller en bas


Ah oui désolé j'avais pas vu le "?" qui change tout, mea culpa.

Pour les vents à 400 et 800 km/s, le fait que les vitesses soient multiples l'une de l'autre pourrait venir d'une fonction harmonique quelque part ?

_________________
Documents en édition libre pour le FCS (Google Drive) :
Thierz
Thierz
Admin
Admin

Messages : 7639
Inscrit le : 12/03/2008
Age : 44 Autre / Ne pas divulguer
Localisation : Grenoble-Chambéry

Revenir en haut Aller en bas


Non, ce ne sont que des ordres de grandeur. Les mesures réalisées jusqu'à présent sont très imprécises.

Ce dont on est sûr c'est que :
- le plasma plus froid et moins dense des pôles (d'ou partent les trous coronaux qui migrent vers l'équateur) produit un vent rapide (~800 km/s)
- le plasma plus chaud et plus dense de l'équateur produit un vent lent (~400 km/s)
C'est un paradoxe, un problème de physique des plasmas, que la sonde pourra peut être nous expliquer.

Autre paradoxe, le vent solaire, en s'éloignant de l'étoile, donc en expansion dans le milieu interstellaire, ne refroidit pas. Donc il y a un processus de chauffage qui reste inexpliqué. Un problème de conversion d'énergie thermique en énergie cinétique.
Surt
Surt

Messages : 449
Inscrit le : 07/02/2018
Age : 55 Masculin
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas


Petites illustrations sonores :

"Il y a un vent qui émane du Soleil. Il ne souffle pas comme un doux sifflement mais comme un cri d'ouragan. Composé d'électrons, de protons et d'ions plus lourds, le vent solaire parcourt le système solaire à environ 1,6 million de km / h, se déployant sur tout sur son passage. Pourtant, à travers le rugissement du vent, la sonde solaire Parker de la NASA entend les petits gazouillis, les grincements et les bruissements qui font allusion à l'origine de ce vent mystérieux et toujours présent. L'instrument FIELDS du vaisseau spatial peut écouter les fluctuations électriques et magnétiques causées par les ondes de plasma. La sonde solaire Parker qu'elle peut «entendre» lorsque les ondes et les particules interagissent les unes avec les autres, enregistrant des informations de fréquence et d'amplitude sur ces ondes de plasma que les scientifiques pourraient ensuite jouer comme des ondes sonores. Et il en résulte des sons saisissants."
Surt
Surt

Messages : 449
Inscrit le : 07/02/2018
Age : 55 Masculin
Localisation : Ile de France

Revenir en haut Aller en bas



_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 24807
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


avatar
Ripley

Messages : 1999
Inscrit le : 07/09/2006
Age : 66 Masculin
Localisation : Paris

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Revenir en haut Aller en bas


Yes ! Ça nous fait 18,5 millions de km au plus près et record de vitesse aussi ( forcément puisqu'on reste en orbite) : 390 760 km/h
fredB
fredB

Messages : 1860
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 55 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


La sonde Parker a réalisé son 5e périhélie, à 8h23 UTC ce 7 juin. Elle est passée à 0,129 UA du Soleil à une vitesse (par rapport au Soleil) de 109,2 km/s soit 393 120 km/h.
@planet4589

_________________
Blog sur le suivi du développement d'Orion
Wakka
Wakka
Admin
Admin

Messages : 24807
Inscrit le : 10/07/2008
Age : 60 Masculin
Localisation : Orvault 44

http://developpement-orion.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas


Parker Solar Probe s'apprête à survoler Venus pour la troisième fois, le 11 juillet 2020.
Fabien
Fabien

Messages : 5992
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 43 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


Le 5 juillet, la sonde a photographié la comète C/2020 F3 (Neowise), découverte le 27 mars 2020 :

Parker Solar Probe - Mission en orbite héliocentrique - Page 3 Wispr_10

Et demain c'est jour de fête puisque la sonde va croiser Venus pour la 3ème fois et va s'approcher à 830 km de la surface.
Elle assistera à une éclipse de 11 minutes.

La rencontre avec Venus aura lieu à 5h23 (heure de Paris).
Fabien
Fabien

Messages : 5992
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 43 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


Sur le site officiel de la mission, nous pouvons lire :
Parker Solar Probe - Mission en orbite héliocentrique - Page 3 Annota54

La position :
Parker Solar Probe - Mission en orbite héliocentrique - Page 3 Pspven10 
Dans les prochaines heures, les données scientifiques vont parcourir les 68 millions de km qui séparent la sonde à la Terre.
Fabien
Fabien

Messages : 5992
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 43 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


Actuellement le Deep Space Network reçoit des données en provenance de SPP (Solar Parker Probe) sur son antenne de Madrid.
Parker Solar Probe - Mission en orbite héliocentrique - Page 3 Annota55
Fabien
Fabien

Messages : 5992
Inscrit le : 23/09/2005
Age : 43 Masculin
Localisation : Paris (75)

Revenir en haut Aller en bas


La comète C/2020 F3 (NEOWISE) vue par l'instrument WISPR le 5 juillet 2020, peu après son passage au périhélie :

Avant traitement

wispr_inner_neowise_20200705t020949e-crop.jpg

Après traitement
20200705t020949_bw.png

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2020/nasa-s-parker-solar-probe-spies-newly-discovered-comet-neowise/

_________________
Le désespoir est une forme supérieure de la critique. (Léo Ferré)
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 23082
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 47 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


La sonde est passée encore plus près du Soleil, ce 27 septembre : 13,5 millions de kilomètres de la surface à la vitesse record aussi, de 466 595 km/h, soit presque 130km par seconde Salut

http://parkersolarprobe.jhuapl.edu/News-Center/Show-Article.php?articleID=154

Futura sciences
fredB
fredB

Messages : 1860
Inscrit le : 02/09/2007
Age : 55 Masculin
Localisation : Toulouse

Revenir en haut Aller en bas


Ce 20 février à 20h05 UTC, la sonde Parker survolera Vénus pour la 4e fois (à 2 385 km de la surface).
Fabien0300
Fabien0300
Modérateur
Modérateur

Messages : 3134
Inscrit le : 23/10/2016
Age : 35 Masculin
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas


Vénus vue par la sonde Parker avec l'instrument WSIPR durant le survol du 11 juillet 2020 :

EvBDm8KWYAAKNCh.jpg

A la surprise de l'équipe de l'instrument, celui-ci, en détectant le rayonnement thermique, a permis de "voir" à travers l'épaisse atmosphère.

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/parker-solar-probe-offers-a-stunning-view-of-venus
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 23082
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 47 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


@David L. a écrit:Vénus vue par la sonde Parker avec l'instrument WSIPR durant le survol du 11 juillet 2020 :

EvBDm8KWYAAKNCh.jpg

A la surprise de l'équipe de l'instrument, celui-ci, en détectant le rayonnement thermique, a permis de "voir" à travers l'épaisse atmosphère.

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/parker-solar-probe-offers-a-stunning-view-of-venus

Une autre image obtenue avec le même instrument, mais 18 minutes plus tard et du coté de Vénus tourné vers le Soleil, avec une durée d'exposition de 1,9 s :

EvEsUvmXIAQiqy8.jpg

As noted in the PR, that Venus image is showing the "night side" of the planet, i.e. the hemisphere that is not illuminated by sunlight. This is what it looks like when you take a picture of the "day side" of Venus (recorded ~18 mins after the pretty one, 1.9-sec exposure). Karl Battams (@SungrazerComets)


Dernière édition par David L. le Ven 26 Fév 2021 - 20:04, édité 1 fois
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 23082
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 47 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


L'identification des étoiles visibles sur l'image :
EvFFo8aXcA0VUir.jpg

Karl Battams (@SungrazerComets)
David L.
David L.
Modérateur
Modérateur

Messages : 23082
Inscrit le : 16/08/2009
Age : 47 Masculin
Localisation : Troisième planète

Revenir en haut Aller en bas


@David L. a écrit:Vénus vue par la sonde Parker avec l'instrument WSIPR durant le survol du 11 juillet 2020 :

EvBDm8KWYAAKNCh.jpg

A la surprise de l'équipe de l'instrument, celui-ci, en détectant le rayonnement thermique, a permis de "voir" à travers l'épaisse atmosphère.

https://www.nasa.gov/feature/goddard/2021/parker-solar-probe-offers-a-stunning-view-of-venus

Vu qu’on parle ici de Vénus, je me permets de donnée un peu de contexte.
 
Je ne connais pas très bien l’instrument WSIPR mais de se qui est indiqué, l’instrument travail sur le visible, donc il aurait donc dû imager les nuages qui masque continuellement la surface. Or les équipes on l’air d’avoir était surpris de voir apparaitre l’image ci-dessus qui laisse deviner une importante masse noir. En recoupent, ils ont se sont aperçu que c’était Aphrodite terra, le plus grand des deux « contenant » vénusien qui culminer en moyenne à 3km au-dessus des plaines volcanique alentour. Ils en ont rapidement déduit qu’il avait capté le rayonnement thermique de la surface, car comme sur terre, il fait plus froid en altitude (d’où le continent plus sombre). L’instrument aurais donc capté un rayonnement infrarouge qu’il n’était pas prévu. Cela pourrait avoir des conséquences :
-pour Vénus : la majorité des infrarouges sont bloqué par les différentes couche de nuages, mais il existe certaine « fenêtre » fréquentiel permettent d’étudier la température de surface de nuit. Le « rayonnement parkerien » est clairement passé dans une de c’est fenêtre. Il faut donc en déterminer la fréquence pour savoir si c’est un fenêtre connu ou une nouvelle qui pourrais être utilisé dans de future mission.
-pour Parker : Pour l’instant, l’équipe en charge de l’instrument annonce que c’est formidable car il pourrait avoir des données sur d’autre fréquence. En fait, ils doivent surement avoir quelque sueur froide car cela signifie que l’instrument ne fonctionne pas comme attendu. Il faudrait qu’il identifie rapidement quelle est cette fréquence et comment cela affecte leur résultat.
phenix
phenix

Messages : 2301
Inscrit le : 22/02/2015
Age : 27 Masculin
Localisation : Hier:Ardèche Aujourd’hui:Marignane Demain:Vénus

https://venautics.space/accueil-provisoire/

Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum